Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Afrobaromètre : Les femmes africaines sont moins actives en politique et ont peur des violences de campagne

11 Avril 2014, 14:11pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Afrobaromètre : Les femmes africaines sont moins actives en politique et ont peur des violences de campagne

Le soutien des Africains pour l'égalité des femmes est de plus en plus répandu, mais
la réalité de chaque jour pour de nombreuses femmes reste caractérisée par le fait
qu’elles font l’objet de désavantage et de discrimination. Et tandis que la plupart
des gouvernements africains obtiennent généralement de bonnes notes pour leur
performance dans l'autonomisation des femmes, la lutte pour l'égalité des droits et
des chances pour les femmes est loin d'être gagnée surtout pour les femmes en
Afrique du Nord.


Une préoccupation qui demeure est que les femmes sont moins susceptibles d’être
des citoyens actifs. Non seulement sont-elles moins susceptibles à s’inscrire pour voter
et pour être élues en nombres plus élevée que les hommes, mais elles sont aussi
beaucoup moins susceptibles que les hommes à déclarer qu'elles ont pris contact
avec les dirigeants et qu’elles s’engagent dans d'autres formes de participation.
En outre, les femmes sont également plus susceptibles à craindre d'être victimes
d'intimidation ou de violence politique, plus que les hommes dans les pays où la
peur de l'intimidation et de la violence politique - tant chez les hommes que chez les
femmes - est à son niveau le plus élevé.


Les résultats, publiés ce jour 27 Mars 2014 dans le rapport "Les Africains soutiennent
l’égalité des femmes, mais la discrimination reste omniprésente, et l'Afrique du Nord
est à la traine », révèle que les femmes restent nettement pénalisées par rapport aux
hommes dans leur vie quotidienne, en dépit des progrès importants réalisés par le
gouvernement et la société civile.


Principaux résultats


 Les femmes sont également moins susceptibles d’exercer leurs droits politiques
que les hommes. Elles sont moins enclines à s’inscrire pour voter (8 % pour les
femmes non enregistrée, contre 5% pour les hommes) et moins susceptibles
de voter (68 % de femmes contre 73 %). Les femmes communiquent peu
avec les dirigeants et sont moins enclines à s'engager dans d'autres formes
de participation politique.


 Les femmes sont également confrontées à une discrimination généralisée
dans leurs occupations quotidiennes. Quatre africains sur dix (40 %) pensent
que les femmes sont «souvent» ou «toujours» traités injustement par les
employeurs. Un nombre similaire (41%) dit que les chefs traditionnels font des
1 Botswana, Cape Vert, Ghana, Kenya, Lesotho, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie,
Nigeria, Sénégal, Afrique du Sud, Tanzanie, Uganda and Zambie
traitements injustes à leur égard, et un sur trois (33 %) affirme que la police et
les tribunaux ne traitent pas les femmes sur une base egalitaire.


 Près des trois quarts (72 %) des femmes dans 34 pays disent que les femmes
devraient avoir les mêmes droits que les hommes plutôt que d'être soumise à
la loi traditionnelle. Dans 15 pays 1 où Afrobaromètre a enquêté a propos de
l'égalité des droits depuis 2002, le soutien à l'égalité s’est accru, passant de 68
% en 2002 à 73% en 2012.


 De même, 68 % pensent que les femmes sont aussi capables que les hommes
d'être les dirigeants politiques, dans une proportion de 74% d’africains de l'Est,
mais seulement de 50 % de Nords-Africains.


 Pourtant, dans les 34 pays de l’enquête, 26 % des femmes ont déclaré ne
jamais avoir aucune éducation formelle, comparativement à 19 % des
hommes. Seize pour cent des hommes ont des études postsecondaires,
comparativement à seulement 11 % des femmes.


 Bien qu'un grand nombre parle de l’inégalité entre les sexes, la plupart des
gens (59%) disent que leurs gouvernements avancent «moyennement» ou
«très bien» dans l'autonomisation des femmes, avec une majorité dans 27
des 34 pays. Les exceptions notables sont le Nigeria et l’Egypte, où 65 % disent
que leurs gouvernements font des progrès «moyens » ou «négligeables » dans
l’autonomisation des femmes.


 Les femmes s'en sortent nettement moins en Afrique du Nord (Algérie, Egypte,
Maroc, Soudan et Tunisie). Ces pays ont collectivement les niveaux les plus
bas de soutien pour le leadership des femmes, et la plus haute fréquence de
la discrimination. Il existe également des écarts importants entre les hommes
et les femmes sur de nombreuses questions, y compris la capacité des
femmes à servir en tant que président ou premier ministre d'un pays musulman
(soutien de 55% chez les femmes, 36 % chez les hommes ) et le soutien à
l'égalité des droits pour les femmes dans la prise de l’initiative du divorce
(soutien de 56% chez les femmes, 39 % chez les hommes ).

Commenter cet article