Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Présidents de la république: Ces hommes d’affaires qui ont changé le destin de leurs pays

18 Mars 2016, 01:57am

Publié par HODA Kouakou Steve

Présidents de la république: Ces hommes d’affaires qui ont changé le destin de leurs pays

Peut-on être homme d’affaires et réussir en politique ? C’est la grande question sur toutes les lèvres au Bénin au regard de la présence remarquée d’hommes d’affaires dans la course pour la succession de Boni Yayi. Même si c’est une grande première au pays de Béhanzin, il faut surtout noter qu’en Afrique des hommes influents dans le monde des affaires ont réussi à changer l’avenir de leur pays, une fois au pouvoir. Qui sont-ils ?

John Kufur du Ghana, Mohamed VI du Maroc et Uhuru Kenyatta du Kenya sont tous des personnalités politiques africaines. Ce qu’ils ont en commun est qu’ils sont tous des hommes affaires et surtout des chefs d’Etat en exercice ou ayant passé service. Qui sont-ils réellement ?

John Kufuor

Arrivé à la tête de l’Etat ghanéen en 2000, l’homme d’affaires John Kufuor a lancé dans son pays une campagne contre la corruption dans les sociétés d’Etat. Au cours de son premier quinquennat, il lance également une série de reformes pour développer la puissance économique et commerciale de son pays. Il fera du Ghana, un Etat moderne en initiant un programme des grands travaux d’infrastructures avec un accent particulier sur l’éducation et la santé. Notons qu’au cours de cette mandature, la liberté d’expression a été plus qu’une réalité. Fier de lui, le peuple ghanéen lui renouvelle sa confiance le 7 décembre 2004. Neuf années plus tard, John Kufuor est nommé envoyé spécial sur le changement climatique. Ce grand homme d’affaires aura donc contribué à placer le Ghana au rang des pays qui continuent de faire la fierté de l’Afrique.

Mohamed VI

Arrivé au pouvoir le 23 juillet 1999 après la mort de son père Hassan II, le président du royaume chérifien Mohamed VI a une fortune qu’on pourrait estimer à 2,8 milliards de dollars américains. Avec sa famille, il est actionnaire majoritaire d’une holding qui investit dans plusieurs domaines d’activités tels que les mines, l’agroalimentaire, la grande distribution et le service. C’est donc un homme d’affaires avant d’être chef d’Etat. Ce qui ne lui a pas empêché de placer son pays dans la hiérarchie des puissances africaines. En effet, le Maroc selon le rapport Doing Business publié cette année 2016 est classé 6e sur le continent. Le pays a donc gagné 5 places par rapport au dernier classement publié par la Banque mondiale. On se rappelle qu’en 2011 déjà, le pays avait fait un bond de 21 places avant d’atteindre son meilleur niveau en 2014. Le management du roi Mohamed VI et surtout ses multiples déplacements à la recherche d’opportunités dans le monde a permis à son pays de se distinguer dans bien de domaines tels que l’électricité, la création d’entreprises et surtout l’immobilier. En plus d’être homme d’affaires, c’est donc un visionnaire à la tête d’un Etat.

Uhuru Kenyatta

Quatrième président de la république du Kenya, Uhuru Kenyatta est en fonction depuis le 09 avril 2013. Cet homme d’affaires est classé 4e chef d’Etat fortuné d’Afrique avec une fortune estimée à environ 500 millions de dollars américains. L’homme a bâtit sa fortune dans le secteur de l’immobilier. Sa présence à la tête du Kenya a permis au pays de réaliser de très bonnes performances sur le plan économique. En effet, l’économie kényane jouit d’une parfaite santé avec une croissance économique qui s’établit à 6,9 % en 2012, 5,7 % en 2013 ; 5,3 en 2014 et 6,5 % en 2015. Le pays, il faut le dire bénéficie d’un environnement macroéconomique stable et une inflation en un seul chiffre. La croissance de ce pays est boostée par les secteurs tels que les Btp, les activités manufacturières, le secteur financier, l’assurance, la communication et le commerce.

Il est donc clair que la présence d’un homme d’affaires à la tête d’un pays est quelque peu une opportunité pour amorcer un réel développement à partir de l’envolée du secteur privé. Encore que celui-ci devrait s’entourer de compétences avérées. A ce niveau, ces hommes d’affaires ne blaguent surtout pas.

Commenter cet article