Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Selon un rapport de la Banque Mondiale : la pollution atmosphérique coûte 225 milliards de dollars à l’économie mondiale

17 Septembre 2016, 15:01pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Selon un rapport de la Banque Mondiale : la pollution atmosphérique coûte 225 milliards de dollars à l’économie mondiale

La Banque Mondiale et l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) ont conduit une étude intitulée : « The cost of air pollution : Strenghtening the economic case for action ». Les résultats de cette étude sont sans appel : la pollution de l’air est la 4e cause de décès prématurés dans le monde. Les pertes de revenus du travail liées à ces décès sont estimées à environ 225 milliards de dollars, en 2013 indique l’étude.

La pollution de l’air représente la 4e cause de décès prématurés dans le monde. Les pertes de revenus du travail en 2013 liées à ces décès sont estimées à environ 225 milliards de dollars ; ce sont les résultats d’une étude conduite conjointement par la Banque Mondiale et l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME). Intitulée « The cost of air pollution : Strenghtening the economic case for action, cette étude précise que les sources de cette pollution sont multiples et variées. On peut citer la poussière, la fumée, la saleté, les gouttelettes microscopiques, les gaz et surtout les métaux lourds. Ledit rapport fait également cas de 5,5 millions de personnes qui auraient perdu la vie en 2013 pour cause de maladies liées à la pollution atmosphérique extérieure et intérieure, des décès qui impactent le développement économique selon ce rapport. Il faut surtout souligner que les premières victimes de cette pollution sont les personnes âgées, les jeunes enfants, et en ce qui concerne les pertes de revenus du travail, causées par les décès liés à la pollution de l’air, représentent chaque année, l’équivalent de 0,61 % du PIB. Au moyen orient et en Afrique du nord par exemple, ces pertes s’élèvent à plus de 9 milliards de dollars. Loin d’être une étude de plus, ce rapport doit permettre aux autorités béninoises de prendre les mesures idoines pour assainir le cadre de vie des populations. À Cotonou par exemple où on enregistre des centaines de milliers de « zémidjans », on imagine l’ampleur des dégâts. Vivement que ce rapport incite le conseil communal à réagir.

Commenter cet article