Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Dévaluation du Naira : Comment profiter de la situation ?

7 Octobre 2016, 13:51pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Dévaluation du Naira : Comment profiter de la situation ?

Lorsque vous êtes un homme d’affaires futé comme Aliko Dangoté ou encore Patrice Talon, il faut savoir saisir les opportunités ou transformer les obstacles en opportunité. En effet, la crise au Nigéria ayant entrainé la dévaluation du franc CFA peut être considérée comme une opportunité pour le Bénin. Savez-vous comment ?

Si en pleine guerre certaines personnes s’enrichissent, c’est qu’il y a un moyen de saisir les opportunités qui s’offrent à vous même en période de crise. Et Dieu sait que la dévaluation du Naira en est une. En effet, une dévaluation du Naira signifie que le cours de la monnaie nigériane baisse. Ceci veut dire concrètement que pour le Nigérian, il devient quasi impossible d’aller vers le marché béninois puisque le rapport avec le CFA change. Celui-ci préférerait fait son business dans son pays. À l’opposé, cette situation devient très intéressante pour les achats en terre nigériane. Et comme le Nigéria est réputé être un pays dynamique en matière de fabrication, montage d’appareils mécaniques ou autres, c’est le moment de lancer la révolution industrielle béninoise. Les ordinateurs portables, les appareils portables, les machines pour la transformation agroalimentaire coûtent moins cher en ce moment au pays de Buhari. Il faudra aller les chercher avant que la situation ne change. Aussi, étant donné que le Béninois attache une attention particulière à la construction de sa maison, il faudra jeter un coup d’œil sur le ciment de Dangoté. Mais à ce niveau, il faut garder à l’esprit la date du 17 octobre. Toutefois, l’esprit d’équipe devra naitre chez le Béninois qui devient plus qu’obligé à s’associer à un frère, un ami ou autres pour l’importation de produits nigérians via le port de Cotonou. À ce niveau, il faudra donc la bienveillance de l’État béninois pour réduire les frais de douane sur certains équipements de transformation. Ceci montrera sa bonne volonté dans la marche du pays vers une révolution industrielle. Comme Paul Kagamé l’a fait, la crise au Nigéria s’annonce comme le moment propice de lancer le bilinguisme au Bénin. Être à côté d’un géant anglophone et ne pas savoir parler l’anglais est une erreur grave que commet tout Béninois. La rupture est donc invitée à frapper un grand coup à ce niveau. Ce qui permettra également à plusieurs Béninois d’avoir un boulot au Nigéria comme enseignant de français puisque le Nigéria a aussi besoin de comprendre le français pour conquérir les régions francophones. En somme, la crise au Nigéria n’est pas une menace pour le Bénin, mais une opportunité à saisir, donc saisissons-là !

Commenter cet article