Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Le Bénin lance la phase 2 du projet de vulgarisation de l'aquaculture continentale (PROVAC)

31 Mars 2017, 10:53am

Publié par HODA Kouakou Steve

L’Ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire du Japon Kiyofumi Konishi et le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Delphin Koudandé ont lancé ce jeudi 30 mars à l’hôtel Azalai de Cotonou, la deuxième phase du projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin (Provac).

Après la phase 1 du projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac) démarré en 2010 et ayant pris fin en 2014, le Bénin s’engage dans la phase 2 du projet prévue de 2017 à 2022. La bonne nouvelle de ce second round de cet important projet a été annoncée ce jeudi 30 mars 2017 à l’hôtel Azalai de Cotonou. Ceci en présence de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon près le Bénin Kiyofumi Konishi et le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Delphin Koudandé ainsi que nombreux acteurs de la filière. On notera pour la première phase de ce projet que 3000 Béninois ont été formés en pisciculture continentale avec une approche innovante de vulgarisation appelée « fermier à fermier’. Elle a ciblé 7 départements du sud Bénin ; les espaces d’élevage étaient le tilapia et le clarias. La pisciculture en étang et en bac hors-sol ont été les différents types pratiqués pendant cette phase. Pour la seconde, c’est tout le territoire béninois qui est concerné avec cette fois des piscicultures en étang, en cage et enclos. Elle s’inscrit dans la préservation des acquis du Provac 1 avec un accent particulier sur une production quantitative de poissons, car selon les statistiques du Maep, le bilan de la demande et de l’offre des produits halieutiques au Bénin est largement déficitaire. C’est justement la raison pour laquelle, le gouvernement Talon a inscrit cette activité parmi les projets phares du « Bénin Révélé » avec l’objectif d’augmenter la quantité de poissons de 1700 tonnes e 2015 à 20000 tonnes en 2020. La seconde phase du Provac prévoit également le transfert de technologies aux pays voisins comme le Togo, le Cameroun, le Gabon, le Congo, la RDC et l’Angola. Notons que le Provac est financé par le gouvernement japonais ; il répond à la baisse drastique de la production halieutique au plan mondial et se positionne comme une alternative très prometteuse. Dans ce domaine, le PAG a prévu plusieurs défis, dont l’exonération de taxe sur le matériel et équipements aquacoles, y compris l’aliment ; l’établissement de licence pour les fermes aquacoles ; le renforcement du contrôle de quarantaine pour les poissons aquacoles afin de garantir la sécurité alimentaire. Il prévoit aussi la clarification de la règlementation surtout pour l’établissement de la pisciculture en cage flottante et enclos ; enfin l’encouragement à la consommation du poisson-chat.

Voir les commentaires

ODD : Le Bénin choisit ses cibles prioritaires

27 Mars 2017, 00:46am

Publié par HODA Kouakou Steve

Du 20 au 24 mars 2017, l’hôtel Bel Azur de Grand Popo a servi de cadre à l’atelier technique de finalisation du processus de priorisation des cibles ODD pour le compte du Bénin. Un atelier regroupant secteur privé, gouvernement, société civile et partenaires techniques et financiers qui a été organisé de façon professionnelle par l’équipe de la Direction Générale de la Coordination et du Suivi des ODD (DGCS-ODD) dirigé par le professeur Alastaire Alinsato.

Du 20 au 24 mars 2017 s’est tenu à l’Hôtel Bel Azur de Grand-Popo, l’atelier technique de finalisation des travaux de priorisation des cibles ODD et de leur arrimage au Programme d’Action du Gouvernement (PAG). Et pour que cette activité soit participatif, il a fallu l’implication de divers acteurs à savoir le Gouvernement béninois, les Partenaires Techniques et Financiers, la Société civile, le Secteur privé ainsi que les Communes ; engagés dans le processus de mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable au Bénin. Suivant la méthodologie RIA (Analyse Rapide Intégrée) adoptée par les participants regroupés en quatre groupe thématiques à savoir Social (ODD 1 à 6) ; Economie (ODD 7 à 11) ; Environnement (ODD 12 à 15) et Justice et Paix (ODD 16), chaque cible a été passée en revue à la lumière des différents critères de priorisation et, au niveau de chaque filtre, un score de priorisation est attribué dans une échelle à trois degrés – Haute, Moyen, Faible –. À l’issue de ce processus séquentiel, des arbitrages éventuels ont été faits suivant une approche rationnelle bien définie qui tient compte de l’importance des ODD et de leurs interactions aux priorités nationales en vue de hiérarchiser et de retenir la (les) cible(s) vraisemblablement prioritaire(s). À la suite donc de cet exercice fatidique, 14 cibles ont été retenu par le groupe 1 sur un total de 38; le groupe 2 a retenu 12 cibles sur un total de 32 quand le groupe 3 a retenu 9 cibles sur 25 alors que le groupe 4 a seulement retenu 3 cibles sur 10. Au total, 38 cibles sur l’ensemble des 16 ODD, (le 17 étant d’office priorisé) sont priorisées sur un total de 105 soit un taux de 36,2%. Les cibles retenues en ateliers feront l’objet d’arbitrage de l’autorité avant d’être considérées comme cibles prioritaires du Bénin. Il était aussi question au cours de cet atelier d’arrimer les cibles priorisées au PAG. En effet, Il s’est agi de ranger les projets par niveau de survenance du PAG dans le RIA 2 sur les cibles priorisées ; et pour les cibles priorisées, mais non retenues dans le PAG, de décrire la logique d’intégration dans le PND. Ainsi, sur la base des cibles priorisées, il a été enregistré par exemple au niveau du groupe 2 que les 12 cibles des ODD priorisées dans le cadre économique se trouvent prises en charge à travers les actions du PAG. Ces cibles sont prises en charge à travers 119 projets, dont 35 projets phares, 70 projets prioritaires et 14 points de réformes. Au niveau du groupe 3, sur 9 cibles ODD priorisées, 8 sont prises en charge à travers les actions du PAG. Elles sont prises en charge à travers 32 projets et réformes dont 7 projets phares, 19 projets prioritaires et 6 réformes. Au niveau du groupe 4 : Les 3 cibles priorisées se trouvent prises en charge à travers les actions du PAG, soit 42 projets et réformes dont 16 projets prioritaires, 25 réformes et 1 projet phare. Notons que cet atelier qui intervient 3 semaines après le lancement du processus de priorisation a été appuyé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). La réussite de cet évènement porte la marque du Professeur Alastaire Alinsato et son équipe qui démontrent que la jeunesse béninoise est prête à relever le défi du développement du Bénin.

.

Voir les commentaires

Première dissémination du round 7 des résultats Afrobaromètre : Les changements climatiques affectent la vie des populations au Bénin

17 Mars 2017, 13:23pm

Publié par HODA Kouakou Steve

L’Institut de Recherche Empirique en Économie Publique (Ireep) a dévoilé ce jeudi 16 mars 2017 au Chant d’Oiseau de Cotonou, la première dissémination du round 7 des résultats Afrobaromètre. Il ressort que l’expérience des changements climatiques met en mal l’appréciation de la politique en matière de sécurité alimentaire pour tous au Bénin. De plus, la pauvreté vécue est restée élevée depuis 2011.

Au Bénin, les citoyens surtout les pauvres désapprouvent la politique en matière de sécurité alimentaire pour tous. De plus, l’expérience des changements climatiques met en mal l’appréciation de la politique en matière de sécurité alimentaire. C’est ce qui ressort de la première dissémination des résultats Afrobaromètre présentés ce jeudi 16 mars 2017 au Chant d’Oiseaux de Cotonou. En effet, 64% de Béninois désapprouvent la politique en matière de sécurité alimentaire. Les mêmes résultats montrent que la pauvreté vécue est également restée élevée depuis 2011. La proportion de ceux qui sont très pauvres ou indigents a augmenté de 19% en 2011 à 27% en 2016. L’étude a également montré que la majorité des Béninois ont une connaissance du thème changement climatique. 64% d’entre eux déclarent que les activités humaines telles que les combustibles et autres activités qui polluent l’atmosphère sont à la base des changements climatiques. Des proportions significatives de la population affirment que la sécheresse (61%) et les inondations (42%) dans leur région se sont aggravées au cours de la décennie. Par ailleurs, une grande majorité des Béninois (83%) déclarent que les changements climatiques affectent la vie au Bénin au point de la rendre pire. Notons aussi qu’au cours de la décennie, au moins 6 Béninois sur 10 n’ont pas apprécié la performance du gouvernement en matière de sécurité alimentaire notamment ceux qui ont vécu les inondations. Il urge donc que l’État central renforce davantage sa politique en matière de sécurité alimentaire. Il faudra donc une meilleure accessibilité des produits agricoles avec une meilleure connexion entre les zones ; un meilleur ciblage en direction des personnes concernées et surtout le développement d’infrastructures. Notons qu’Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain et non-partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et les questions connexes en Afrique. Six séries d’enquêtes ont été réalisées jusqu’à 37 pays africains entre 1999 et 2016, et les enquêtes du Round 7 sont actuellement en cours (2016/2017). Afrobaromètre mène les enquêtes face à face dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.

Voir les commentaires