Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Articles avec #economie

TOYP / JCI: Steve HODA distinguished young Benin the most outstanding in Business and Economy in 2017

14 Juin 2017, 03:44am

Publié par HODA Kouakou Steve

The TOYP 2017 Trophies of the Junior Chamber International (JCI) have had their epilogue on Thursday, June 1, 2017 in Blue Zone in the presence of the world president of the Dawn Hetzel institution. Eight young Beninese were distinguished in eight categories. Steve HODA, Director of Mini Rizerie de Kérou and Specialist in Economic Issues at "Le Soleil Bénin Infos" was distinguished as a young Benin the most outstanding in 2017 in the category "Business and Economy".
The Benin Junior Chamber International (JCI) distinguished on Thursday 1 June 2017 the eight youngest Beninese most outstanding in 2017. The TOYP ceremony which was at its 7th edition was held at the Blue Zone of Cotonou in the presence of the president American Dawn Hetzel who made the trip to Cotonou for the occasion. In the "Business and Economy" category, HODA Kouakou Steve, Director of the Mini Rizerie in Kerou, CEO of the Startup Afririce Agribusiness and Specialist in Economic Issues at the newspaper "Le Soleil Bénin Infos". He was rewarded for his contribution to the development of the rice sector in the commune of Kérou and also to the sustainable development of Benin. Effect, as Director of Mini Rizerie, Steve HODA has contributed to improving the quality of rice on the local market by introducing a harvester and a thresher to mechanize the harvesting and threshing operations for profit Of producers. A steaming workshop and warrantage were built to help the steaming women and producers of this commune. The steaming women benefit from the husking of their paddy. At the end of 2016, it will organize a rice fair to strengthen the links between the various players in the sector. In 2017, he created the Startup Afririce Agribusiness specialized in the development of technologies for the production, processing and marketing of agri-food products. The design of threshing machines and economical fireplaces operating with rice bales as fuel will make it one of the 50 best business ideas by UAC Starup Valley (Abomey-Calavi University Foundation ) In January 2017. He will then be selected by the Tony Elumelu Foundation of Nigeria among the 1000 best business ideas in Africa. From 15 to 19 May 2017, FAO is participating in an international meeting organized by IFDC in Accra as the only Francophone Startup for this event. It should also be noted that Steve HODA is the Coordinator in Benin of the International Alliance for Sustainable Development Goals (AIODD-Benin). As such, it will participate in the process of prioritizing ODD targets and linking them to the Government Action Program (PAG); He will be Rapporteur of the "Economy" thematic group. He is also the chairman of the Steering Committee for the Implementation of the Atacora-Donga Rice Transformer Cooperative. Ranked among the top eight young people in Benin in 2017, he is now JCI Ambassadors and will have to defend the image of Benin at the TOYP World 2017 in November.
The other winners
Ex Ambassador of Benin in Turkey, Moise Kerekou was awarded the Political or Government Affairs category for his contributions and actions in the world of diplomacy. In the Progress or Personal Achievement category, the trophy returned to John Dari for his many innovations that earned him various awards worldwide. Henri Totin has been awarded the Moral Leadership or Environmental Award. Indeed, man has been fighting for the eradication of chemical inputs in agriculture through the manufacture of water hyacinth compost. In the Youth Engagement in Benin and Africa category, Nandjim Tchalla won the trophy. Recently elected as Commissioner of Political Affairs of the AU Commission for Youth, this young Beninese is remarkable in the humanitarian and voluntary service. Pharmacist and designer of the platform "Dis moi doc", Arel Zannou pulls the price of medical innovation. José Ahoyogbé was awarded in the category "Contribution for Children, World Peace and / or Human Rights. This is for his contribution of the unfavorable layers through his "Happyness club". Finally, Delano Hountin Kiki promoter of the "kingdom of virgins" and initiator of the "virgin trophies" was distinguished in the category "Education" precisely girls

Voir les commentaires

TOYP / JCI: Steve HODA distingué jeune béninois le plus remarquable en Business et Économie en 2017

14 Juin 2017, 01:09am

Publié par HODA Kouakou Steve

Steve HODA avec son trophéeLes Trophées TOYP 2017 de la Jeune Chambre Internationale (JCI) ont connu leur épilogue ce jeudi 1er juin 2017 à Blue Zone en présence de la présidente mondiale de l’institution Dawn Hetzel. Huit jeunes béninois ont été distingués dans huit catégories. Steve HODA, Directeur de la Mini Rizerie de Kérou et Spécialiste des questions économiques à « le Soleil Bénin Infos » a été distingué comme jeune béninois le plus remarquable en 2017 dans la catégorie « Business et Économie ».

La Jeune Chambre Internationale (JCI) du Bénin a distingué le jeudi 1er juin 2017 les huit jeunes béninois les plus remarquables en 2017. La cérémonie des TOYP qui était à sa 7e édition s’est déroulée au Blue Zone de Cotonou en présence de la présidente mondiale l’Américaine Dawn Hetzel qui a fait le déplacement sur Cotonou pour la circonstance. Dans la catégorie « Business et Économie », le prix est revenu à HODA Kouakou Steve, Directeur de la Mini Rizerie de Kerou, CEO de la Startup Afririce Agrobusiness et Spécialiste des Questions économiques au journal « Le Soleil Bénin Infos ». Il a été récompensé pour sa contribution au développement de la filière riz dans la commune de Kérou et aussi au développement durable du Bénin. Effet, en tant que Directeur de la Mini Rizerie, Steve HODA a contribué à améliorer la qualité de riz sur le marché local en introduisant dans la filière une moissonneuse et une batteuse-vanneuse pour la mécanisation des opérations de moisson et battage-vannage au profit des producteurs. Un atelier d’étuvage et de warrantage ont été construite pour aider les femmes étuveuses et producteurs de cette commune. Les femmes étuveuses bénéficient de prestation de décorticage de leur paddy. En fin d’année 2016, il organisera une foire du riz pour renforcer les liens entre les différents acteurs de la filière. En 2017, il crée la Startup Afririce Agrobusiness spécialisée dans le développement de technologies au profit de la production, transformation et commercialisation de produits agroalimentaires. La conception de batteuses-vanneuses et de foyers économiques fonctionnant avec des balles de riz comme combustibles va lui valoir d’être retenu parmi les 50 meilleures idées d’entreprise par l’UAC Starup Valley (Fondation de l’université d’Abomey-Calavi) en janvier 2017. Il sera ensuite sélectionné par la Fondation Tony Elumelu du Nigéria parmi les 1000 meilleures idées d’entreprise en Afrique. Du 15 au 19 mai 2017, la FAO finance sa participation à une rencontre internationale organisée par l’IFDC à Accra en tant que seule Startup francophone à ce rendez-vous. Notons également que Steve HODA est le Coordonnateur au Bénin de l’Alliance Internationale pour les Objectifs de Développement Durable (AIODD-Bénin). A ce titre, il participera au processus de priorisation des cibles ODD et leur arrimage au Programme d’Action du Gouvernement (PAG) ; il sera Rapporteur du groupe Thématique « Économie ». Spécialiste des questions économiques au quotidien « Le Soleil Bénin Infos », il est également le président du comité de pilotage de la mise en œuvre de la coopérative des transformateurs de riz de l’Atacora-Donga. Classé parmi les huit jeunes les plus remarquables au Bénin en 2017, il est désormais Ambassadeurs de la JCI et devra aller défendre l’image du Bénin au TOYP mondial 2017 en novembre prochain.

Les autres lauréats

Ambassadeur du Bénin en Turquie, Moise Kerekou a été distingué dans la catégorie Affaires Politiques ou gouvernementales pour ses contributions et actions dans le monde de la diplomatie. Dans la catégorie Progrès ou Accomplissement personnel, le trophée est revenu à John Dari pour ses nombreuses innovations qui lui ont valu divers prix au plan mondial. Henri Totin s’est adjugé le prix du Leadership moral ou au service de l’environnement. En effet, l’homme se bat depuis pour l’éradication des intrants chimiques dans l’agriculture à travers la fabrication de compost à base de jacinthes d’eau. Dans la catégorie Engagement au service de la jeunesse au Bénin et en Afrique, c’est Nandjim Tchalla qui arrache le trophée. Récemment élu Commissaire des Affaires Politiques de la Commission de l’UA pour la jeunesse, ce jeune béninois est remarquable dans le service humanitaire et volontaire. Pharmacien et concepteur de la plateforme « Dis moi doc », Arel Zannou arrache le prix de l’innovation médicale. José Ahoyogbé lui a été distingué dans la catégorie « Contribution en faveur des enfants, de la paix mondiale et/ou des droits humains. Ceci pour sa contribution des couches défavorables à travers son « Happyness club ». Enfin, Delano Hountin Kiki promoteur du « royaume des vierges » et initiateur des « trophées vierges » a été distingué dans la catégorie « Éducation » précisément des filles.

 

Voir les commentaires

Bénin : 313 milliards de FCFA pour l'Assurance et le Renforcement du Capital Humain

4 Mai 2017, 10:05am

Publié par HODA Kouakou Steve

Le Conseil des ministres de ce mercredi 3 mai 2017 s’est penché sur un certain nombre de dossiers dont l’assainissement des grandes villes du Bénin. Dénommé « Asphaltage », le projet vise à réhabiliter et aménager environ 620 km de voirie urbaine. On note surtout la décision du gouvernement de mettre en 4 ans une enveloppement de 313 milliards pour l'Assurance et le Renforcement du Capital Humain.

Améliorer les conditions de circulation des populations, améliorer l’accès des ménages aux équipements socio- communautaires et aux services d’assainissement pluvial ; rénover les principales zones d’habitat et d’activité dans les villes ; réduire les niveaux de pollution et de nuisance ; voici autant d’objectifs qui ont motivé l’État béninois à développer le projet « asphaltage » prévu pour se tenir dans les grandes villes du Bénin. Les études de faisabilité économique, technique, environnementale et sociale, ainsi qu’une mission de contrôle technique ; assistance à maîtrise d’ouvrage ont été autorisé à l’issue du Conseil des Ministres de ce mercredi 03 mai 2017. On retient donc que les bureaux d’étude ACEP, Consortium SAI et CECO BTP Ingénieurs Conseil sont les entreprises qui vont conduire ces études de faisabilité. Quant au Bureau d’étude Louis Berger, il se chargera de la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage au Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable. Le Conseil des Ministres a aussi statué sur l’adoption du document ARCH (Assurance pour le Renforcement du Capital Humain qui est l’un des projets phares du Programme d’Action du Gouvernement dans le domaine social. Il vise à accroitre la capacité et l’accès des Béninois notamment les plus démunis aux services sociaux de base, ainsi qu’aux opportunités économiques de façon durable. Le modèle ARCH est un « package » de quatre services à savoir Assurance maladie ; formation, micro-crédit et assurance retraite. Il vise le paiement de prime d’assurance par les non-pauvres et la fourniture du paquet de services aux couches les plus démunis des secteurs de l’agriculture, du commerce, du transport, de l’artisanat, de l’art, de la culture, ainsi qu’aux personnes démunies sans activités.

 

Voir les commentaires

Developpement durable : Quel profil pour la RSE au Bénin ?

4 Mai 2017, 09:28am

Publié par HODA Kouakou Steve

Connaitre les enjeux que revêt la responsabilité sociale des entreprises pour le développement durable au Bénin. Voilà un chantier qui préoccupe le Ministère du Plan à travers la Direction de la Coordination et du Suivi des ODD au Bénin. Et pour ce fait, un document est en cours d’élaboration pour dresser le profil de la Responsabilité Sociale des Entreprises au Bénin. L’examen du rapport initial de ce document s’est tenu à l’Infosec de Cotonou ce vendredi 28 avril 2017.

Le DC Me Ruffino D’Almeida et les responsables du CAPOD et de la DGCSLe Ministère du Plan et du Développement (MPD) à travers le Centre d’Analyse des Politiques de Développement (CAPOD) a bénéficié de l’appui financier de la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) pour la réalisation de l’étude portant sur la Responsabilité Sociale de l’Entreprise : Enjeux et perspectives pour le Développement Durable au Bénin. Dans le cadre de cette étude, un rapport initial a été présenté ce vendredi 28 avril 2017 par le Cabinet CEFIF (Centre des Études Economiques Fiscales et Financières du Bénin). La séance s’est tenue à l’Infosec de Cotonou avec la participation de plusieurs acteurs de la société civile, du secteur privé, de l’administration béninoise notamment le CAPOD, la Direction Générale de la Coordination et du Suivi des ODD (DGCS-ODD). Après présentation du rapport par le Consultant du CEFIF, Dr Alain Latoundji Babatoundé accompagné par le DG du cabinet, des critiques ont été faites pour améliorer les conditions de travail fait et aussi pour son achèvement. Notons qu’il s’agit à travers ce document d’apprécier les enjeux que revêt la responsabilité sociale de l’entreprise pour le développement durable au Bénin. Le document en préparation a pour but de dresser le profil de la responsabilité sociale des entreprises au Bénin. Toutes choses qui pourront améliorer les interventions en matière d’atteinte des Objectifs de Développement Durable au Bénin.

 

Voir les commentaires

Gestion de la planification stratégique : Le Bénin lance son Plan National de Développement

4 Mai 2017, 09:13am

Publié par HODA Kouakou Steve

Le gouvernement béninois a lancé ce vendredi 28 avril 2017 son Plan National de Développement (PND). L’évènement a eu lieu au palais des Congrès de Cotonou en présence du Ministre d’État chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané et Issiaka Coulibaly, Coordinateur résident du système des Nations Unies, Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Chef de file des PTFs.

Le Bénin ces dernières années s’est doté d’un document important appelé Stratégie de Croissance pour la Réduction de la pauvreté (SCRP). Cet important outil de développement élaboré ces quinze dernières années a permis d’atteindre d’importants résultats en matière de réduction de la pauvreté. Cependant, plusieurs autres défis restent à relever à savoir la pauvreté et l’exclusion, les déficits en matière de réalisation d’infrastructures, les défis liés à l’environnement et au financement du développement. Il apparait également que les expériences de développement du Bénin à l’instar de certains pays africains au sud du Sahara révèlent des difficultés structurelles importantes, une inadaptation du cadre conceptuel de la planification du développement. C'est pourquoi il est nécessaire pour le pays de se doter aujourd’hui d’un Plan de Développement qui est un véritable outil de pilotage holistique et structuré autour des principales problématiques de développement durable. Ajouté à ceci, le Bénin se doit de concevoir un outil qui répond favorablement au nouvel agenda de développement post-2015 qui invite les nations à mettre les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) au cœur de leurs priorités. L’agenda 2063 de l’Union Africaine et l’avènement des ODD offre également au pays l’occasion de repenser sa planification du développement afin d’offrir de meilleures conditions de vie à ses populations. Le Bénin qui a déjà une longue expérience de planification stratégique dont le plus important est la vision Alafia 2025 doit donc à travers le PND préciser et inscrire les transformations structurelles et les processus pour des gains rapides dans certains domaines des ODD dans une vision temporelle ambitieuse confortant les options stratégiques du PAG et les points de repère à atteindre en matière de développement durable inclusif. Société civile, gouvernement, secteur privé doivent donc se poser la question de savoir ce qu’il faut faire pour se rapprocher le plus de la vision Alafia 2025. Ils doivent surtout se demander comment le faire pour consolider la croissance, diversifier les sources de revenus et la mettre au service de l’atteinte des ODD et aussi quel serait le meilleur séquençage pour assurer la rationalisation des efforts de planification du développement du pays. Une bonne réponse à ces différents questionnements garantira une qualité exceptionnelle du PND qui est le prolongement de l’horizon ambitieux du PAG dans le cadre d’un document stratégique de huit ans. Notons que le PNUD est le chef de file des partenaires qui accompagnent le Bénin dans l’élaboration du Plan National de Développement dont le lancement a eu lieu ce vendredi 28 avril 2017 au palais des Congrès de Cotonou. Présidium du lancement du PND

Voir les commentaires

Investir au Bénin : La CONEB à l'assaut des investissements chinois

24 Avril 2017, 14:47pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Une délégation de 17 investisseurs chinois est à Cotonou sur invitation de la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin (CONEB) pour une mission exploratoire au Bénin. Plusieurs accords ont été signés avec à la clé l’ouverture prochaine d’une représentation de la CONEB au pays du fils ainé.

La Confédération Nationale des Employeurs du Bénin (CONEB) entend jouer sa partition dans la mobilisation de ressources au profit du Bénin. Ce qui devrait accompagner la réalisation de l’ambitieux Programme d’Action du Gouvernement (PAG) que s’est doté Patrice Talon et son équipe. Ainsi, après le Japon, l’institution dirigée par Monsieur Albin Féliho a accueilli récemment la visite de 17 investisseurs chinois. Ces derniers en mission exploratoire au Bénin ont été accueillis au siège de la CONEB. Plusieurs accords ont été signés avec la confédération des employeurs pour un partenariat gagnant-gagnant matérialisé par la signature du mandat de représentation en Chine de la CONEB. Au cours de cette importante rencontre qui a eu lieu ce jeudi 20 avril 2017, plusieurs opportunités d’investissements des membres de la CONEB dans divers secteurs ont été présentées par l’expert Senior du Cabinet FINANCE. COM, Hermès BOCO à la délégation. On peut citer les secteurs du transport logistique, de l’hôtellerie tourisme, de l’Agriculture-agroalimentaire, l’énergie et l’hydraulique. Pour ce qui est du transport, un accent particulier a été mis sur le transport routier Inter-Etat par bus, le transport de marchandises sous régional. Il est prévu d’importants investissements dans le domaine de la construction, la rénovation, l'extension et la mise aux normes requises d’hôtels, le développement des chaines de valeurs agricoles, le développement de l’agro-industrie pour la transformation locale afin de créer plus de valeur ajoutée, l'Intensification de l’élevage de volailles de race locale pour faire de la sécurité alimentaire une réalité et réduire la dépendance vis-à-vis des produits importés. On note aussi la création d’unités de conditionnement des semences et d’autres encore. Les responsables de la CONEB en portant leur choix sur ce géant pays entend faire bénéficier au Bénin l’expérience de la Chine ; future puissance mondiale d’ici 2030. La Chine s’impose aujourd’hui comme une puissance agricole, militaire, économique. Elle a su modifier en l’espace de trente ans son modèle économique et se donner les moyens de conquérir le monde à travers son patrimoine culturel, architectural et hôtelier. Le Bénin qui s’est donné un programme ambitieux sur les 5 prochaines années entend aller à l’école chinoise pour se donner les moyens d’atteindre ses ambitions. C’est pourquoi, en installant un bureau en Chine, la CONEB veut appuyer l’accélérateur pour aider le pays à mobiliser des ressources pour amorcer un réel décollage. Plus loin à travers ce partenariat, la CONEB entend également apporter son expertise dans l'esprit de la loi sur le Partenariat Pblic-Privé pour ce qui concerne l’investissement privé.

Voir les commentaires

Le Bénin lance la phase 2 du projet de vulgarisation de l'aquaculture continentale (PROVAC)

31 Mars 2017, 10:53am

Publié par HODA Kouakou Steve

L’Ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire du Japon Kiyofumi Konishi et le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Delphin Koudandé ont lancé ce jeudi 30 mars à l’hôtel Azalai de Cotonou, la deuxième phase du projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin (Provac).

Après la phase 1 du projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac) démarré en 2010 et ayant pris fin en 2014, le Bénin s’engage dans la phase 2 du projet prévue de 2017 à 2022. La bonne nouvelle de ce second round de cet important projet a été annoncée ce jeudi 30 mars 2017 à l’hôtel Azalai de Cotonou. Ceci en présence de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon près le Bénin Kiyofumi Konishi et le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Delphin Koudandé ainsi que nombreux acteurs de la filière. On notera pour la première phase de ce projet que 3000 Béninois ont été formés en pisciculture continentale avec une approche innovante de vulgarisation appelée « fermier à fermier’. Elle a ciblé 7 départements du sud Bénin ; les espaces d’élevage étaient le tilapia et le clarias. La pisciculture en étang et en bac hors-sol ont été les différents types pratiqués pendant cette phase. Pour la seconde, c’est tout le territoire béninois qui est concerné avec cette fois des piscicultures en étang, en cage et enclos. Elle s’inscrit dans la préservation des acquis du Provac 1 avec un accent particulier sur une production quantitative de poissons, car selon les statistiques du Maep, le bilan de la demande et de l’offre des produits halieutiques au Bénin est largement déficitaire. C’est justement la raison pour laquelle, le gouvernement Talon a inscrit cette activité parmi les projets phares du « Bénin Révélé » avec l’objectif d’augmenter la quantité de poissons de 1700 tonnes e 2015 à 20000 tonnes en 2020. La seconde phase du Provac prévoit également le transfert de technologies aux pays voisins comme le Togo, le Cameroun, le Gabon, le Congo, la RDC et l’Angola. Notons que le Provac est financé par le gouvernement japonais ; il répond à la baisse drastique de la production halieutique au plan mondial et se positionne comme une alternative très prometteuse. Dans ce domaine, le PAG a prévu plusieurs défis, dont l’exonération de taxe sur le matériel et équipements aquacoles, y compris l’aliment ; l’établissement de licence pour les fermes aquacoles ; le renforcement du contrôle de quarantaine pour les poissons aquacoles afin de garantir la sécurité alimentaire. Il prévoit aussi la clarification de la règlementation surtout pour l’établissement de la pisciculture en cage flottante et enclos ; enfin l’encouragement à la consommation du poisson-chat.

Voir les commentaires

ODD : Le Bénin choisit ses cibles prioritaires

27 Mars 2017, 00:46am

Publié par HODA Kouakou Steve

Du 20 au 24 mars 2017, l’hôtel Bel Azur de Grand Popo a servi de cadre à l’atelier technique de finalisation du processus de priorisation des cibles ODD pour le compte du Bénin. Un atelier regroupant secteur privé, gouvernement, société civile et partenaires techniques et financiers qui a été organisé de façon professionnelle par l’équipe de la Direction Générale de la Coordination et du Suivi des ODD (DGCS-ODD) dirigé par le professeur Alastaire Alinsato.

Du 20 au 24 mars 2017 s’est tenu à l’Hôtel Bel Azur de Grand-Popo, l’atelier technique de finalisation des travaux de priorisation des cibles ODD et de leur arrimage au Programme d’Action du Gouvernement (PAG). Et pour que cette activité soit participatif, il a fallu l’implication de divers acteurs à savoir le Gouvernement béninois, les Partenaires Techniques et Financiers, la Société civile, le Secteur privé ainsi que les Communes ; engagés dans le processus de mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable au Bénin. Suivant la méthodologie RIA (Analyse Rapide Intégrée) adoptée par les participants regroupés en quatre groupe thématiques à savoir Social (ODD 1 à 6) ; Economie (ODD 7 à 11) ; Environnement (ODD 12 à 15) et Justice et Paix (ODD 16), chaque cible a été passée en revue à la lumière des différents critères de priorisation et, au niveau de chaque filtre, un score de priorisation est attribué dans une échelle à trois degrés – Haute, Moyen, Faible –. À l’issue de ce processus séquentiel, des arbitrages éventuels ont été faits suivant une approche rationnelle bien définie qui tient compte de l’importance des ODD et de leurs interactions aux priorités nationales en vue de hiérarchiser et de retenir la (les) cible(s) vraisemblablement prioritaire(s). À la suite donc de cet exercice fatidique, 14 cibles ont été retenu par le groupe 1 sur un total de 38; le groupe 2 a retenu 12 cibles sur un total de 32 quand le groupe 3 a retenu 9 cibles sur 25 alors que le groupe 4 a seulement retenu 3 cibles sur 10. Au total, 38 cibles sur l’ensemble des 16 ODD, (le 17 étant d’office priorisé) sont priorisées sur un total de 105 soit un taux de 36,2%. Les cibles retenues en ateliers feront l’objet d’arbitrage de l’autorité avant d’être considérées comme cibles prioritaires du Bénin. Il était aussi question au cours de cet atelier d’arrimer les cibles priorisées au PAG. En effet, Il s’est agi de ranger les projets par niveau de survenance du PAG dans le RIA 2 sur les cibles priorisées ; et pour les cibles priorisées, mais non retenues dans le PAG, de décrire la logique d’intégration dans le PND. Ainsi, sur la base des cibles priorisées, il a été enregistré par exemple au niveau du groupe 2 que les 12 cibles des ODD priorisées dans le cadre économique se trouvent prises en charge à travers les actions du PAG. Ces cibles sont prises en charge à travers 119 projets, dont 35 projets phares, 70 projets prioritaires et 14 points de réformes. Au niveau du groupe 3, sur 9 cibles ODD priorisées, 8 sont prises en charge à travers les actions du PAG. Elles sont prises en charge à travers 32 projets et réformes dont 7 projets phares, 19 projets prioritaires et 6 réformes. Au niveau du groupe 4 : Les 3 cibles priorisées se trouvent prises en charge à travers les actions du PAG, soit 42 projets et réformes dont 16 projets prioritaires, 25 réformes et 1 projet phare. Notons que cet atelier qui intervient 3 semaines après le lancement du processus de priorisation a été appuyé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). La réussite de cet évènement porte la marque du Professeur Alastaire Alinsato et son équipe qui démontrent que la jeunesse béninoise est prête à relever le défi du développement du Bénin.

.

Voir les commentaires

Première dissémination du round 7 des résultats Afrobaromètre : Les changements climatiques affectent la vie des populations au Bénin

17 Mars 2017, 13:23pm

Publié par HODA Kouakou Steve

L’Institut de Recherche Empirique en Économie Publique (Ireep) a dévoilé ce jeudi 16 mars 2017 au Chant d’Oiseau de Cotonou, la première dissémination du round 7 des résultats Afrobaromètre. Il ressort que l’expérience des changements climatiques met en mal l’appréciation de la politique en matière de sécurité alimentaire pour tous au Bénin. De plus, la pauvreté vécue est restée élevée depuis 2011.

Au Bénin, les citoyens surtout les pauvres désapprouvent la politique en matière de sécurité alimentaire pour tous. De plus, l’expérience des changements climatiques met en mal l’appréciation de la politique en matière de sécurité alimentaire. C’est ce qui ressort de la première dissémination des résultats Afrobaromètre présentés ce jeudi 16 mars 2017 au Chant d’Oiseaux de Cotonou. En effet, 64% de Béninois désapprouvent la politique en matière de sécurité alimentaire. Les mêmes résultats montrent que la pauvreté vécue est également restée élevée depuis 2011. La proportion de ceux qui sont très pauvres ou indigents a augmenté de 19% en 2011 à 27% en 2016. L’étude a également montré que la majorité des Béninois ont une connaissance du thème changement climatique. 64% d’entre eux déclarent que les activités humaines telles que les combustibles et autres activités qui polluent l’atmosphère sont à la base des changements climatiques. Des proportions significatives de la population affirment que la sécheresse (61%) et les inondations (42%) dans leur région se sont aggravées au cours de la décennie. Par ailleurs, une grande majorité des Béninois (83%) déclarent que les changements climatiques affectent la vie au Bénin au point de la rendre pire. Notons aussi qu’au cours de la décennie, au moins 6 Béninois sur 10 n’ont pas apprécié la performance du gouvernement en matière de sécurité alimentaire notamment ceux qui ont vécu les inondations. Il urge donc que l’État central renforce davantage sa politique en matière de sécurité alimentaire. Il faudra donc une meilleure accessibilité des produits agricoles avec une meilleure connexion entre les zones ; un meilleur ciblage en direction des personnes concernées et surtout le développement d’infrastructures. Notons qu’Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain et non-partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et les questions connexes en Afrique. Six séries d’enquêtes ont été réalisées jusqu’à 37 pays africains entre 1999 et 2016, et les enquêtes du Round 7 sont actuellement en cours (2016/2017). Afrobaromètre mène les enquêtes face à face dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.

Voir les commentaires

FELIHO Albin :" La CONEB compte développer un modèle dual pour sortir des jeunes "béton"

31 Janvier 2017, 01:59am

Publié par HODA Kouakou Steve

Le gouvernement de Patrice Talon s’est engagé à travers son PAG à transformer structurellement l’économie du Bénin. Ce qui ne peut se faire sans l’accompagnement du secteur privé. Pour mieux comprendre comment la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin (CONEB) veut aider le gouvernement dans ses ambitions, nous sommes allés à la rencontre de son président Albin Féliho. Suivez l’intégralité de l’interview qu’il nous a accordée.

Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je suis Albin FELIHO, Administrateur de sociétés. J’interviens dans le secteur de l’Industrie du Tourisme et des Voyages et préside aux destinées de la Confédération Nationales des Employeurs du Bénin (CONEB).

Parlez-nous un peu de la CONEB ?

La CONEB est la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin. Elle est créée en décembre 2015 avec 89 membres, dont 12 fédérations nationales. La CONEB a pour vocation affichée de défendre les intérêts des chefs d’entreprises avec une philosophie humano-centrée, c’est-à-dire qu’elle défend l’homme dans l’entreprise. En effet, l’homme dans les conditions de progrès social optimal à un rendement dans son entreprise, sa productivité a donc un impact sur les résultats de l’entreprise. Le plus important, c’est l’homme au centre de l’entreprise qui a des préoccupations diverses. Quand on parle d’homme, c’est un ensemble de parties prenantes autour de l’entreprise (Employeur, fournisseur, clients, employés…), des vues différentes selon leurs positions, leurs classifications et leurs intérêts. Le rôle de l’employeur est donc de les concilier, les conjuguer vers un but commun : la pérennité de l’entreprise.

La CONEB et le CNP ne se marchent pas sur les pieds ?

La CONEB est bien une organisation patronale comme il n’en existe plusieurs au Sénégal, au Cameroun, au Mali, et même en France. D’ailleurs au Bénin, ce n’est pas une particularité si on prend en compte les organisations syndicales ; elles sont cinq et s’entendent très bien pour constituer la composante du mouvement tripartite régie par le Bureau international du Travail (BIT) à savoir SYNDICATS, PATRONAT, ÉTAT. S’il y a une, deux, trois voire quatre organisations patronales qui s’inscrivent dans ce paysage, elles sont les bienvenues. Je peux vous dire que c’est tout à fait normal que des patrons qui sont des champions d’entreprises privées rivalisent de leadership dans la création d’organisation défendant leurs intérêts. Il n’est donc pas exclu qu’il y ait autant de patronats que de leadership pour le porter. La constitution béninoise autorise la pluralité des mouvements associatifs ; c’est donc un droit constitutionnel.

Quelles sont les actions déjà entreprises par la CONEB ?

La CONEB a déjà mené un certain nombre d’actions dont les plus importantes sont les jeudis du patronat où nous échangeons sous forme de think thank sur les grands enjeux du développement socio-économique du Bénin. Le prochain jeudi du patronat va se pencher sur les opportunités que les opérateurs économiques béninois peuvent tirer du PAG : Programme d’Action du Gouvernement. Nous travaillons également à consolider la CONEB département par département. Au demeurant, nous avons déjà présenté la CONEB à toutes les institutions de la République ; à certains partenaires techniques financiers et quelques ministères. Le travail se poursuit.

Quels liens entretenez-vous avec les universités béninoises dans le cadre de la promotion de l’homme quand on sait que l’université est le temple du savoir ?

Le développement de la technologie est une opportunité majeure pour les pays africains ; plus que pour les pays occidentaux. Dans un monde moderne, il faut travailler de concert avec les universités surtout dans le domaine numérique pour définir les besoins de l’entreprise. Nous travaillons déjà à collaborer avec les universités afin de leur permettre de sortir des programmes de formation adaptés à des besoins de demain et non d’aujourd’hui. L’université d’aujourd’hui doit proposer des programmes pour d’ici à 20 ans. Le patronat a besoin des diplômés capables d’internaliser des besoins réels de l’entreprise. Nous comptons donc développer un modèle dual : un temps en entreprise, un temps à l’école pour sortir des « jeunes béton »

Quelle est la contribution de la CONEB pour permettre aux entreprises de bénéficier du PAG prévu pour être exécuté sur la période 2016-2021 ?

Dans le cadre de la mise en œuvre du PAG, il y a une grande partie de l’argent qui sera mobilisé auprès du secteur privé à travers le partenariat public-privé. Il n’y a pas de raison que cela serve à payer des prestations des multinationales ; c’est pourquoi la CONEB se positionne déjà comme un acteur majeur pour conduire ses membres à un niveau de labélisation requis pour jouer un rôle de relais efficace auprès de ces multinationales qui ont, il faut le reconnaitre de gros moyens et un niveau de technicité et de compétence meilleur au nôtre. Pour cela, il faut être à un niveau de compétitivité acceptable pour les investisseurs privés étrangers.

Une Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir pour créer 48000 emplois à l’horizon 2021, quel pourrait être la contribution de la CONEB ?

La CIIS, c’est le modèle de la Silicone Valley. Ce n’est pas nouveau ; mais mieux vaut tard que jamais. Nous allons travailler avec le gouvernement pour mettre en place des infrastructures adaptées avec une connexion haut débit, un environnement propice où des jeunes peuvent sortir des idées. Nous avons une commission en notre sein qui s’occupe de ces questions. Des propositions sont faites à cet effet. Je puis vous dire qu’à côté de la CIIS, la CONEB est en mesure immédiatement et tout de suite de mettre un espace d’environ 20 bureaux à la disposition des jeunes pour produire de la réflexion et sortir des idées novatrices pour le Bénin.

Quelles sont vos propositions par rapport à vos collègues qui souffrent le martyre avec la crise au Nigéria ?

Dans le cadre des jeudis du patronat, nous nous sommes déjà penchés sur la base de travail des experts à la question des relations entre le Bénin et le Nigéria. A ce niveau, les difficultés sur le terrain donnent des raisons de compatir à la situation de nos collègues qui en souffrent avec des pertes qui se chiffrent à des milliards de francs CFA. Nous pensons que l’État a le devoir d’accompagner ces opérateurs économiques, car il s’agit d’intérêt et de survie nationale. En ce qui concerne nos collègues, nous leur proposons de transformer cette difficulté en une opportunité à saisir. De la faiblesse du Naira, nous devons transformer l’ancien modèle en une opportunité ; c’est-à-dire acquérir des produits bon marché au Nigéria et les distribuer aux autres pays de l’UEMOA. La position stratégique du Bénin lui offre en effet la possibilité de commercialiser non seulement avec le Nigéria (193 millions d’habitants ; Ndlr), mais aussi avec les autres pays de l’UEMOA ; deux entités qui constituent un grand marché de débouchés.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>