Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

Rapport Doing Business : Le Bénin occupe la 174ème place

30 Octobre 2013, 17:42pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Rapport Doing Business : Le Bénin occupe la 174ème place

La Banque mondiale a publié le mardi 29 octobre 2013, le rapport Doing Business 2014. Dans ce rapport, le Bénin occupe la 174ème place sur 189 pays contrairement à l'année 2013 où il était logé à la 175ème place. Il faut donc noter que le climat des affaires n'est pas propice au Bénin pour entreprendre. De 2013 à 2014, les difficultés récurrentes et propres à l' environnement des affaires au Bénin n'a pas connu de grandes avancées.

Lourdeur administrative, corruption, harcèlement fiscale, une fiscalité non favorable au développement...voilà là les péchés mignons de l'environnement des affaires au Bénin. Ce pays qui entends capter des investissements étrangers et qui souhaite élargir son assiette fiscale (plus 95 % d'entreprises dans l'informelle) doit moderniser ses structures pour les rendre efficaces afin d'attirer des investisseurs. Pour faire un grand bon dans le classement Doing business en 2015, il va falloir commencer par appliquer les recommandations issues de la table ronde secteur public- secteur privé tenue en Octobre 2012.

Voir les commentaires

Entrée en bourse : Twitter va t-il commettre les mêmes erreurs que Facebook ?

30 Octobre 2013, 16:38pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Entrée en bourse : Twitter va t-il commettre les mêmes erreurs que Facebook ?

Près d'un an après l'entrée de Facebook en bourse, le microblog Twitter a annoncé en début d'octobre son intention d'entrée en bourse. Si le microblog Twitter n'a pas annoncé officiellement la date de son entrée sur le New York Stock Exchange, il a tout de même prévu pour le 6 novembre 2013 la fixation du prix d'introduction de ses titres qui seront cotées sous le symbole « TWTR ». En effet, avec son entrée en bourse, Twitter espère lever jusqu'à 1,6 milliard de dollars, selon une version actualisée du projet publiée sur le site du gendarme boursier américain (SEC).

La société compte mettre également sur le marché 70 millions d'actions pour un prix unitaire compris entre 17 et 20 dollars, avec une option de surallocation pour 10,5 millions de titres supplémentaires si la demande est importante, détaille-t-elle dans ce document. Ce qui aura pour conséquence de valoriser ce réseau social entre 9,3 et 11,1 milliards de dollars, et lui permettrait ainsi de lever au moins 1,19 milliard de dollars si c'est le prix le plus bas qui est retenu, et 1,61 milliard s'il est fixé dans le haut de la fourchette.

Notons qu'à l'entrée de Facebook au Nasdaq, la structure avait connu un véritable fiasco compte tenu du modèle économique appliqué par cette structure dirigé par Mark Zuckerberg. On se souvient que facebook avait mis plusieurs mois à endiguer la dégringolade de son cours. La question qui est donc sur toutes les lèvres : « Twitter ne va t-il pas subir le même sort? ».

Voir les commentaires

Contribuer à former des travailleurs modèles : l'expérience du Mouvement Vie et Foi au Bénin

25 Octobre 2013, 13:01pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Contribuer à former des travailleurs modèles : l'expérience du Mouvement Vie et Foi au Bénin

Membre du Mouvement International de l'Apostolat des Milieux Sociaux Indépendants ( MIAMSI), le mouvement « Vie et Foi » du Bénin fait partie intégrante de cette communauté d'Église qui rassemble des personnes assumant au Bénin des responsabilités professionnelles , sociales, politiques, culturelles et économiques. Cette branche jeune né de Houenoussou depuis 2011 s'engage à transformer les mentalités et structures de la société béninoise en cohérence avec les valeurs de l'Évangile auquel il se réfèrent.

Dans le cadre de ses rencontres mensuelles (chaque deuxième jeudi du mois) organisées dans le bureau 407 du Directeur de la Promotion Économique du Bénin, Monsieur Prosper HONAGBODE également responsable de HOUENOUSSOU, les membres de « Vie et Foi » se sont penchés ce jeudi 24 octobre 2013 sur la question de la conciliation entre militantisme et difficultés d'insertion professionnelles des jeunes. Après avoir reconnu que les jeunes béninois rencontres des difficultés d'ordre professionnelles aujourd'hui, il a été noté que chacun a le devoir de s'interroger sur les causes de ce qui l'arrive, d'analyser son niveau de formation et sa part de responsabilité dans ces difficultés. Plusieurs propositions ont été donc fait pour amener les jeunes à militer comme leurs devanciers afin d'élargir les possibilités de s'insérer professionnellement. Pour cela, chaque membre devrait donc avoir une vision claire des choses et surtout s'engager sincèrement. S'appuyant sur « la Parole de Vie », comme il est de coutume à chacune de leur réunion notamment au chapitre 1 de l'Évangile de Saint Marc, les versets 39 et 41, les membres présents ont décidé de copier l'exemple du lépreux guérit par Jésus. « Si tu veux, tu peux me guérir » a dit le lépreux et au Christ de répondre : « je le veux sois pur ». Voici donc la démarche que devrait suivre chaque membre de « Vie et Foi » ou encore chaque chrétien.

Notons que le MIAMSI qui célèbre son jubilé d'or cette année 2013 est une Organisation Non-Gouvernementale Internationale Catholique dotée du statut consultatif auprès du Conseil des Droits Humains à Genève. Le Bénin à l'issue de l'Assemblée Générale de Fortaleza en 2012 est devenu membre à part entière. Il fait partie du relais africain, structure qui coordonne les activités de tous les mouvements affiliés au MIAMSI du continent Africain. Ce relais comprend : le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Maroc, la RDC, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger et le Cameroun...

La spiritualité du groupe est de travailler à l' évangélisation des membres et à celle de leur milieu ainsi que faire grandir le Royaume de Dieu dans leur vie concrète de laïcs et dans la vie du monde. La méthode de travail est Voir-Discerner et Agir.

Les défis définis pour la période 2012 – 2016 à l’issue de l’AG de Fortaleza, sont :

- Promotion de la dignité de la personne humaine à travers les droits humains, la citoyenneté, l’éducation, et la famille ;

- Promotion du respect du bien commun, à travers une juste répartition des richesses de la terre, la sauvegarde de l’environnement, et la lutte contre la corruption ;

- Promotion de la paix et du développement durable à travers le dialogue inter religieux et inter culturel, et la transformation positive des conflits.

Voir les commentaires

Espionnage du NSA : Edward Snowden serait-il l'homme de l'année 2013 ?

22 Octobre 2013, 14:39pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Espionnage du NSA : Edward Snowden serait-il l'homme de l'année 2013 ?

Né en juin 1983 aux États-Unis, Edward Snowden Consultant en informatique à la NSA et ancien employé de la CIA est en passe de devenir l'homme de l'année 2013. En juillet dernier, l'homme a rendu publique par les médias les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse britanniques et américains.

En juillet 2013, une parution du washington Post et du Guardian, des médias américains, met à nu des informations de la NSA jugées top secrets. Ces informations publiées par Edward Snowden concernent la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis ainsi que des systèmes d'écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM et Xkeyscore de la Maison blanche et Tempora du gouvernement britannique. Et quand on pose la question à Snowden sur les motivations de son geste, il répond que cela vise à dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui.

Ayant mesuré la portée de son geste, Edward Snowden conscient que ses jours sont désormais comptés vit aujourd'hui en exil en République Soviétique (Russie), l'autre ennemi juré des USA.

Même si 39% des Américains considèrent Snowden comme un traite et que 35% le considère comme un patriote, on pourra noter que les révélations de Snowden ont crée un véritable séisme dans le monde entier. Ce qui fait sûrement de lui l'homme le plus populaire de l'année 2013.

Voir les commentaires

Lancement en Afrique de Noël écolo : le Préfet de l'Ouémé-Plateau donne le top ce 23 octobre

22 Octobre 2013, 12:14pm

Publié par HODA Kouakou Steve

L'Association des Volontaires du Développement Durable (AVD-Bénin) et l'ONG la Démocratie dans le Monde (DDM) lance la première édition de la Noël Ecolo_Noël Verte Afrique (NOE-NOVA). La cérémonie est prévue pour se dérouler le mercredi 23 octobre 2013 au Complexe scolaire d'ITATIGRI à Porto-Novo en présence des autorités préfectorales de l'Ouémé-Plateau, du Commissariat Central et de la Mairie de Porto-Novo.

 

NOÉ – NOVA est un projet qui consiste à partager le repas bio de Noël avec les écoliers et élèves méritants du Bénin. Le projet prévu pour se dérouler cette année dans 3 pays dont le Bénin, le Burkina-Faso et le Togo, permet également de mettre la joie bio de Noël dans le cœur des enfants défavorisés et leur distribuer des cadeaux écolo. Le kit écolo est composé d'un plant d'arbre fruitier, d'un mini arrosoir, d’une mini poubelle et d’un emballage de jeux écolo-éducatifs. L'objectif de ce projet est de permettre aux enfants à parents démunis du Bénin, de célébrer une fête de Noël Instructive, Verte & Durable, et surtout de « sensibiliser les écoliers / élèves et leurs parents sur la nécessité et l’urgence de protéger l’environnement, d’aller à l’école et de se nourrir bio et sainement.

 

NOÉ – NOVA permet également d'inviter  les ingénieurs africains à concevoir dorénavant des jeux écolo-éducatifs, de protéger l’Homme et son Environnement via la promotion d’Entreprise Éco-Citoyenne et de promouvoir une Démocratie Verte à la base. Il vise à accompagner le projet du Président Yayi Boni « 10 millions d'âmes = 10 millions d'arbres ».

 

Initié par l'Association des Volontaires du Développement Durable du Bénin (AVD-Bénin) et L'ONG la Démocratie dans le Monde (DDM), le projet est piloté au Bénin par ses deux organisations. Au Burkina-Faso, c'est la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC) qui assure le pilotage pendant que CAFE-BCG s'en charge du pilotage au Togo. Notons enfin que la marraine de l'évènement est Jenny Jo DELBLOND, PDG de TALENTS UNIQUES en France.

Ensemble pour un monde plus vert!

Ensemble pour un monde plus vert!

Voir les commentaires

Promotion de l'énergie solaire : Des bus électriques à l'Université Félix Houphouêt Boigny d'Abidjan

18 Octobre 2013, 16:52pm

Publié par Steve HODA

Promotion de l'énergie solaire : Des bus électriques à l'Université Félix Houphouêt Boigny d'Abidjan

L'université Félix Houphouêt Boigny d'Abidjan se met à l'ère de la modernité. Après avoir accueilli un investissement de 100 milliards de francs CFA pour sa rénovation au lendemain de la crise post-électoral, la doyenne des universités ivoiriennes s'est doté de deux bus électriques. Cet équipement de dernière génération qui place la côte d'Ivoire au rang de premier pays africain à se doter d'un tel matériel est un investissement du groupe Bolloré. Véritable révolution et une innovation majeure sur le continent africain, ces bus ont pour mission de transporter les étudiants sur les différentes facultés. Le choix de bus électriques réside dans l'ambition des autorités ivoiriennes de lutter contre les facteurs de nuisance et de pollution de toutes natures sur les campus universitaires de ce pays. Notons que la Côte d'ivoire pour ce projet a bénéficié d'un investissement de 1,2 milliards FCFA dont de 288 panneaux solaires offerts pour générer et stocker l'électricité et surtout pour recharger les bus. Le groupe Bolloré promet de faire venir d'autres bus de ce type pour faciliter le transport des étudiants ivoiriens.

Voir les commentaires

Marché financier de l'Uemoa : L'Etat burkinabe lance un emprunt obligataire de 55 milliards FCFA

18 Octobre 2013, 15:37pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Marché financier de l'Uemoa : L'Etat burkinabe lance un emprunt obligataire de 55 milliards FCFA

Dans le cadre de la réalisation du programme d'investissement du gouvernement burkinabé contenu dans le document de croissance accéléré et de développement durable qui constitue le référentiel de la politique économique et social, l'État burkinabè a lancé un emprunt obligataire. En effet, conformément à l'arrêté N° 2013-0346/MEF/SG/DGTCP/DAMOF du 25 septembre 2013 le Ministère de l'Économie et des Finance de ce pays a autorisé à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Public, une émission d'emprunt obligataire par appel public à l'épargne d'un montant indicatif de 55 milliards de francs CFA sur le marché financier régional de l'Uémoa.

La valeur nominale de cet emprunt est de 10 000 FCFA qui équivaut au prix d'émission et le nombre de titres émis est de 5.500.000, la durée de l'émission est de 7 ans dont deux ans de différé. Notons également que le taux d'intérêt est de 6.5% l'an et la date de jouissance sera fixée en collaboration avec l'émetteur, dans les 8 jours suivants la date de clôture des souscription qui s'étend du jeudi 10 octobre au jeudi 14 novembre 2013.

Voir les commentaires

Bonne Gouvernance : Le prix Mo Ibrahim cherche preneur

18 Octobre 2013, 14:28pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Bonne Gouvernance : Le prix Mo Ibrahim cherche preneur

Récompenser des anciens chefs d'État africains qui accepte de jouer le jeu de l’alternance démocratique, qui se refuse de «violer» la Constitution de leur pays, et qui s' impliquent, après leur départ pacifique du pouvoir, dans des causes chères à l’évolution du continent ; voici là les critères pour recevoir le Prix Mo Ibrahim. L'initiateur de ce prix est un homme d'affaire Soudanais.

Ce prix qui porte le nom de ce richissime homme d'affaires a été remporté en 2007 par l'ex Président Mozambicain Joaquim CHISSANO qui est d'ailleurs le seul a avoir été primé. Depuis cette date, ce prestigieux prix n'a trouvé aucun lauréat sur le continent malgré le fait qu'il joue un rôle important dans la modernisation politique du continent africain. Est-ce la rigueur des critères qui en est la cause ? Ou l'état des mœurs et des pratiques jugées peu recommandables en matière de gouvernance politique qui ne permettent pas de remporter ce prix?

En tout cas, c'est un signal fort que les Chefs d' États du continent envoient à la face du monde. De ce signal, on peut donc comprendre que la bonne gouvernance sur le continent est un luxe. Réunis il y a peu pour se prononcer sur le retrait des pays de l'Union africaine du traité de Rome, les dirigeants africains ont fustigé les agissements de la CPI jugé trop raciste. Mais il faut également se poser la question de savoir pourquoi ce sont les dirigeants africains qui sont toujours poursuivis par la Cour Pénale Internationale ? Là la réponse se trouve bien dans l'absence de lauréat au prix Ibrahim Mo.

Les dirigeants Africains se doivent donc de jeter un regard compatissant vis à vis de leur peuple qui croupissent sous le poids de la misère et de laisser les choses avant que les choses finissent par les lâcher. La Cour Pénale est certes une institution aux trousses des dirigeants africains mais je crois bien que la peur du gendarme est le début de la sagesse.

Il y a un adage qui dit : « Avant de demander au voisin de balayer chez lui, il faut bien s'en rendre compte que chez soi est propre ».

Voir les commentaires

Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller : Prix Nobel Economie 2013

16 Octobre 2013, 17:42pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller : Prix Nobel Economie 2013

Le prix Nobel 2013 d'économie a été décerné lundi aux Américains Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller pour leurs travaux sur les marchés financiers. Ils sont récompensés pour "leur analyse empirique des prix des actifs", a indiqué l'Académie royale suédoise des sciences. S'il est impossible de prédire le prix des actions et des obligations pour les prochains jours et semaines, grâce aux travaux de Fama, Hansen et Shiller "il est tout à fait possible de prévoir le cours général de ces prix sur de longues périodes comme les trois à cinq prochaines années", a relevé l'Académie dans son communiqué. "Leurs méthodes sont devenues des outils standard dans la recherche universitaire, et leur avancées fournissent des guides aussi bien pour le développement de la théorie que pour la pratique professionnelle des investisseurs", a-t-elle estimé.

Les trois étaient parmi les favoris depuis plusieurs années. Mais il n'était pas évident de prédire qu'ils pourraient être récompensés en même temps. Eugène Fama, 74 ans, et Lars Peter Hansen, 61 ans, sont professeurs à l'université de Chicago, temple de l'école néoclassique en économie qui postule la rationalité des agents économiques. Le premier est décrit par sa faculté comme "le père de la finance moderne", ayant fait avancer la recherche qui prouverait l'hypothèse des marchés efficients. Son nom revenait régulièrement dans les listes d'oubliés du Nobel. Le second, moins connu, "a développé une méthode statistique qui est particulièrement bien adaptée pour tester les théories rationnelles de la fixation du prix des actifs", a indiqué le jury.

Grand succès de librairie

Robert Shiller a en quelque sorte pris leur contre-pied, étant l'un des pionniers de la finance comportementale, qui estime que la rationalité des individus n'est pas systématique. Il a démontré que "les cours des actions fluctuent bien plus que les dividendes des entreprises et que le ratio des cours sur les dividendes a tendance à baisser quand il est élevé, et à augmenter quand il est faible", ce qui est transposable à d'autres catégories d'actifs financiers. Robert Schiller est le plus connu des trois parmi le grand public. Il a conçu un indice sur les prix de l'immobilier aux États-Unis, appelé Case-Shiller, et publié chaque mois par l'agence d'évaluation financière Standard and Poor's. Cet indice a appuyé sa démonstration selon laquelle le secteur financier américain avait alimenté une bulle spéculative et risquait une catastrophe, qui s'est effectivement produite en 2007-2008 lors de la "crise des subprime". Son livre L'Exubérance irrationnelle (2000), dont le titre reprenait une formule célèbre du président de la Fed Alan Greenspan, a été un grand succès de librairie.

Le krach immobilier et la crise financière mondiale qu'il a entraînée ont mis en lumière "des erreurs et imperfections dans notre système financier sur lesquelles nous travaillons déjà pour les corriger. Je pense qu'il faudra des décennies, mais nous avons traversé des crises financières de nombreuses fois dans l'histoire et nous en avons généralement appris quelque chose", a-t-il dit, joint au téléphone par le jury.

Ils succèdent aux Américains Lloyd Shapley et Alvin Roth, lauréats 2012. Le prix Nobel est doté de 8 millions de couronnes (910 000 euros), payés par la Banque de Suède qui a créé le prix en 1969. Il aura récompensé au final cette année onze hommes, une femme (Alice Munro en littérature) et une organisation.

Source: AFP

Voir les commentaires

Une majorité d’Africains estiment que les conditions économiques nationales sont mauvaises

16 Octobre 2013, 13:58pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Une majorité d’Africains estiment que les conditions économiques nationales sont mauvaises

De nouvelles conclusions de l’Afrobaromètre, tirées d’enquêtes réalisées dans 34 pays – chiffre sans précédent – entre octobre 2011 et juin 2013, révèlent un mécontentement général vis-à-vis des conditions économiques actuelles, et ce malgré une décennie de forte croissance.

La croissance annuelle moyenne du PIB du continent africain s’est élevée à 4,8 % au cours de la dernière décennie (2002–2011)1, poussant le magazine The Economist à qualifier l’Afrique de « Continent de l’espoir ». De plus, des statistiques macroéconomiques optimistes en abondance ont fait de l’Afrique la nouvelle coqueluche des investisseurs de portefeuille.

Les données de l’Afrobaromètre sur la perception populaire des conditions économiques nationales et sur l’efficacité des efforts de gestion des gouvernements révèlent cependant un écart considérable entre la position des Africains moyens et celle de la communauté économique mondiale. En particulier :

  • Sur l’ensemble des 34 pays, une majorité (53 %) des citoyens estiment que les conditions économiques nationales actuelles sont « plutôt mauvaises » ou « très mauvaises », alors que seuls 29 % d’entre eux expriment une opinion positive.

  • Seul un Africain sur trois (31 %) estime que les conditions économiques nationales se sont améliorées au cours de l’année passée, alors que 38 % pensent qu’elles ont empiré.

  • De même, 32 % indiquent que leur condition de vie personnelle s’est améliorée au cours de l’année passée, alors que 33 % jugent qu’elle a empiré (34 % n’ont perçu aucun changement).

  • Les Africains notent leur gouvernement sévèrement en matière de gestion économique (56 % de « plutôt mal » ou « très mal »), d’amélioration des conditions de vie des pauvres

1 Les taux de croissance économique présentés sont les moyennes annuelles calculées pour la décennie 2002–2011 à partir des données de la Banque africaine de développement disponibles à http://www.afdb.org/en/knowledge/statistics/. Les taux de croissance du Libéria sont calculés pour la période 2004–2011. La Somalie est exclue.

  • (69 % plutôt mal/très mal), de création d’emplois (71 % plutôt mal/très mal), et de réduction des écarts de revenus (76 % plutôt mal/très mal).

  • De nombreux Africains restent néanmoins optimistes quant à l’avenir : 57 % s’attendent à ce que l’économie soit meilleure dans un an.

  • Les Africains de l’Ouest tendent à être les plus positifs et optimistes, tandis que ceux de l’Est sont toujours les plus négatifs et pessimistes quant à l’avenir

Satisfaction vis-à-vis des conditions économiques nationales par pays entre 2011 et 2013

Question posée aux participants à l’enquête : De manière générale, comment décririez-vous les conditions économiques actuelles du pays ? (Pourcentage de participants estimant que les conditions sont plutôt mauvaises ou très mauvaises; pourcentage de participants estimant que les conditions sont plutôt bonnes ou très bonnes)

Conditions économiques nationales actuelles par rapport à celles de l’année passée

Question posée aux participants : Avec le recul, comment évaluez-vous les conditions économiques de ce pays par rapport à celles de l’année passée ? (Pourcentage de participants estimant qu’elles sont plutôt pire ou bien pire; pourcentage de participants estimant qu’elles sont plutôt meilleures ou bien meilleures)

Conditions de vie – Pays les plus mal notés et les mieux notés

Question posée aux participants : De manière générale, comment décririez-vous vos conditions de vie actuelles ?

Évaluations de la gestion économique du gouvernement par les citoyens dans 34 pays

Question posée aux participants : De quelle manière pensez-vous que le gouvernement actuel traite les aspects suivants, ou n’en avez-vous pas suffisamment entendu parler pour avoir une opinion ? (% de participants déclarant plutôt mal/très mal ou plutôt bien/très bien)

Efforts du gouvernement en matière de création d’emplois – Pays les plus mal notés et les mieux notés


Question posée aux participants : De quelle manière pensez-vous que le gouvernement actuel traite la création d’emplois, ou n’en avez-vous pas suffisamment entendu parler pour avoir une opinion : (% de participants déclarant plutôt mal/très mal)

Remarque : les chiffres du graphique peuvent ne pas totaliser 100 %, car les réponses « ne sait pas » ou « aucun changement » ne sont pas incluses.

L’Afrobaromètre

L’Afrobaromètre (AB) conduit des enquêtes d’opinion publique qui mesurent les attitudes des citoyens concernant la démocratie, la gouvernance, l’économie, le leadership, l’identité et d’autres thèmes en rapport. L’AB est un réseau africain de chercheurs indépendants et non partisans. L’organisation entend donner au public une voix lors de la prise des décisions politiques en offrant des données d’opinion publique de haute qualité aux décideurs politiques, aux organisations de la société civile et universitaires, aux médias, aux donateurs et investisseurs, ainsi qu’aux Africains moyens.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>