Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
stevehoda.over-blog.com

CAFE-Bénin : La jeunesse africaine prend rendez-vous avec l’entrepreneuriat agricole

26 Mars 2014, 17:15pm

Publié par HODA Kouakou Steve

CAFE-Bénin : La jeunesse africaine prend rendez-vous avec l’entrepreneuriat agricole

Après une première édition bien réussie qui s’est tenue à Lomé au Togo les 26, 27 et 28 juillet 2013, la deuxième édition de la Conférence/Plan d’Action Africain sur l’Entrepreneuriat (CAFE) aura lieu au Bénin les 25, 26 et 27 avril 2014 plus précisément à la sphère JAH à Ouidah. Le thème de cette conférence est « Comment crée son entreprise avec ses propres économies et celles de l’économie locale ».

Pour cette nouvelle édition de CAFE, un accent particulier sera mis sur l’entrepreneuriat agricole qui est un moyen efficace pour sortir le continent africain de sa léthargie. Les participants à cette conférence seront édifiés sur les techniques modernes de recherche de financement, les cartes gagnantes pour franchir les obstacles qui se présenteront sur la route de l’entrepreneuriat, les secteurs porteurs pour investir en Afrique ainsi que la rédaction d’un business-plan. L’occasion sera également donnée aux jeunes présents à cette conférence de suivre des formations théoriques et pratiques sur la fabrication et l’utilisation de pesticides naturelles pour une agriculture durable. Les techniques modernes dans le domaine de l’agriculture leur seront enseignées ; tout ceci dans un esprit de travail en équipe et en réseau (TeamWork).

Initiée et développée par trois cabinets-Conseil à savoir AG Associates du Togo, Intellect Consulting du Bénin et Globe Contact de la Suisse ; le programme CAFE (Conférence/Plan d'Action Africain sur l’Entrepreneuriat) en effet, est une démarche innovante qui vise à organiser dans toute l’Afrique des conférences sur l’entrepreneuriat de la jeunesse, assorties d’un plan d’action adapté à chaque projet (BCG - Bio Café Globe Contact). Il vise également à favoriser le développement d’une véritable culture de l’entrepreneuriat et d’en promouvoir les valeurs auprès des jeunes citoyens entreprenants; Mobiliser et Accompagner la jeunesse africaine à oser entreprendre à partir de ses propres économies et moyens, tel que prescrit par le Manifeste du Cinquantenaire.

Le déroulement de la conférence

La conférence se déroule sur trois jours et permet à des jeunes (les participants) de bénéficier d'une formation sur la création d'entreprise avec des moyens dont ils disposent. Les cartes gagnantes de la jeunesse africaine, une formation en développement personnel, professionnel et relationnel, initié par Globe Contact International avec AVD Bénin leur seront enseignés pour leur permettre d'avoir le « fighting spirit » qui les permettra d'être des managers avertis. Tout au long de la conférence, ces jeunes pourront travailler ensemble comme pour briser la méfiance et l'esprit d'individualisme qui caractérise très souvent les entreprises africaines. L'éthique, la confiance, l'amour du travail bien fait, l'intégrité, l'honnêteté et le rejet de l'arnaque (une honte pour la jeunesse africaine) leur seront enseignés tout au long de ces trois jours de formation.

Les ateliers seront essentiellement basés sur la mise en place et la gestion du Café bio Globe Contact qu'ils auront à gérer après la conférence. Des test de personnalité sont prévus pour identifier les potentiels dirigeants capables de conduire dans la discipline cette micro-entreprise qui sera parrainée par les cabinets organisateurs en collaboration avec Globe Contact International.

Bio Café Globe Contact

Les revenus issus de la conférence sont investis dans la mise en place d'une micro-entreprise appelée Bio Café Globe contact qui est un endroit de rencontre structuré original - genre Starckburk- créer à partir d’un lieu existant dont les propriétaires verraient un intérêt à travailler ensemble sous une bannière commune pour doper la communication

Cet espace peut être un supermarché, une boutique, un magasin, un hôtel ou autre lieu permettant aux micro-entrepreneurs (les participants de la conférence) de démarrer une activité avec de petits moyens, de commun accord avec l'entreprise en question. Cet espace baptisé Bio Café Globe Contact accueillera des clients qui pourront se connecter à internet via un wifi qui sera installé, partager de la nourriture et de la boisson bio avec des copains ainsi que d'autres services qui leur seront offerts. Notons que le BCG Togo est fonctionnel depuis novembre 2013 et est dirigé par des jeunes dynamiques qui ont pris part à l’édition de Lomé.

Voir les commentaires

La crise entre la Russie et les Etats-Unis et alliés fait grimper le prix du baril de pétrole

26 Mars 2014, 08:48am

Publié par HODA Kouakou Steve

La crise entre la Russie et les Etats-Unis et alliés fait grimper le prix du baril de pétrole

L'annonce, le mercredi dernier du nouveau Président de la Réserve Fédérale Américaine, Janet Yellen, annonçant une augmentation du taux d'intérêt six mois après le programme de relance monétaire a fait sensation dans les marchés financiers. Une annonce qui pourrait conduire à des changements en ce qui concerne les projections faites par les analystes qui attendaient cette augmentation dans la moitié de l'année 2015 alors que les déclarations récentes fixe cette augmentation pour Avril 2015.

En conséquence, le dollar a augmenté de manière significative par rapport aux autres grandes monnaies internationales. Toutefois, certains analystes estiment que les attentes du marché ont été surévaluées en ce qui concerne ce que la Fed pourrait effectivement décider.

D'autre part, après la Libye, l'un des plus grands pays producteurs de pétrole, a arrêté une grande partie de sa production, compte tenu des problèmes entre la Russie et les Etats-Unis et ses alliés. Conséquence, le baril du pétrole brut WTI est finalement entré dans une phase haussière en début de sessions et a dépassé la barre de 100 dollars en raison de craintes au sujet de ce qui pourrait arriver avec la mise à disposition de la marchandise.

Dans les prochains jours, quelques annonces importantes qui affecteront plusieurs paires de devises, auront lieu, comme le discours du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, mardi prochain. Ce Jeudi, le produit intérieur brut (PIB) américain sera publié, et le vendredi ce sera au tour du PIB britannique d'être annoncé.

Voir les commentaires

Banlieue Startup Tour 1.0 : Entreprendre dans les secteurs des technologies nouvelles

14 Mars 2014, 08:43am

Publié par HODA Kouakou Steve

Banlieue Startup Tour 1.0 : Entreprendre dans les secteurs des technologies nouvelles

Promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes à travers des outils web qui leur permettront de trouver un emploi en ligne, suivre des cours en ligne, développer son réseau de partenaires, offrir plus de visibilité à son projet ou nouer des partenariats grâce aux réseaux professionnels ; voici autant de raisons qui ont motivé l’organisation de la Banlieue Startup Tours 1.0. Organisé par l’association des Jeunes Entrepreneurs & Promoteurs du Numérique Africain (J.E.P.N.A) basée au Sénégal, cet évènement qui se déroule du 15 mars au 19 juillet 2014, permettra aussi de promouvoir l’éducation et la culture du numérique au sein de la jeunesse africaine.

La Banlieue Startup Tours 1.0 (BST 1.0) en effet, est un évènement qui propose des concepts destinés à l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication mais aussi une compétition à travers des applications, des outils et des projets de jeunes. Exclusivement dédiée à Nelson Mandéla, l’édition de cette année prévoit plusieurs concepts dont le e-Job, e-Education, e-Solution, e-Entrepreneuriat. Ces évènements auront lieu dans les banlieues suivantes : Pikine, Guédiawaye, Parcelles assainies Thiaroye et à Grand Yoff.

La JEPNA ?

L’association des Jeunes Entrepreneurs & Promoteurs du Numérique Africain (J.E.P.N.A) est une organisation de jeunes venant d’horizons diverses et ayant une expérience non moins importante dans le domaine des nouvelles technologies. Le but de cette association basée au Sénégal est de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur des technologies de l’information et de la communication et de favoriser davantage l’accès de ces jeunes à une éducation et une culture du numérique. Ceci afin de permettre à cette jeunesse de saisir l’opportunité qu’offre le secteur des TICs. Notons que le JEPNA a déjà organisé des évènements de grandes ampleurs à l’image de Fortica Edition, Forum TIC Africain et le Majestic (Mairie-jeunesse-TIC).

Voir les commentaires

La fondation Haitelmex, l'Ong AHP et Intellect Consulting lancent à Cotonou un Congrès internationnal sur l'entrepreneuriat

13 Mars 2014, 16:49pm

Publié par HODA Kouakou Steve

La fondation Haitelmex, l'Ong AHP et Intellect Consulting lancent à Cotonou un Congrès internationnal sur l'entrepreneuriat

La Fondation Haitelmex du Mexique en partenariat avec l’ONG Afrique Humanité Plus du Bénin avec l’appui technique du cabinet Intellect Consulting (Bénin) organisent un congrès international sur la culture entrepreneuriale et de l’innovation sociale.

Lieu : Palais des Congrès de Cotonou

Date : du 18 au 24 avril 2014

Pourquoi une telle conférence ?

Cette conférence vise à :

  • Présenter la situation actuelle de la culture Entrepreneuriale et de l’innovation sociale, démontrer comment la technologie influence l'expérience d'apprentissage / d'enseignement ; comment l'éducation et l’agriculture pourront changer le visage de l’Afrique.
  • Partager les meilleures pratiques et promouvoir le partenariat international et la coopération entre les enseignants, les professionnels, les ONG et les Associations de par le monde.
  • Créer un forum international pour discuter et échanger des idées sur les dernières innovations en matière d'éducation et de recherche appliquée à tous les domaines et disciplines.

Ce que vous gagnez en participant à cette conférence ?

Participer à cette conférence présente plusieurs opportunités. Elle vous permet en tant qu’organisation de :

  • Présenter vos projets et expériences à un public international composé d’experts de différents pays, représentants tous les continents, et avec une séance de présentation de la lettre objective de chaque organisation
  • Rédiger un projet en faveur de la jeunesse à mettre sur CD ou clé USB pour le soumettre aux organisateurs (Fondations Haitelmex et partenaires internationaux) pour financement.
  • Figurer dans la base de données de la Fondation Haitelmex, ce qui la permet de vous faire parvenir des opportunités de subventions et de financement de projets.

Comment vous inscrire ?

  • Rédiger un formulaire à retourner au plus tard le 15 avril 2014
  • Rédiger un résumé de votre projet en faveur de la jeunesse à retourner au plus tard le 15 avril 2014. Le résumé doit comporter vos différentes coordonnées.
  • Préparer sur papier, votre projet à présenter à la conférence
  • Payer votre frais de participation qui s’élève à : 50.000 FCFA (100 dollars) par personne si vous êtes une organisation résidente au Bénin ; 225.000 FCFA (450 dollars) par personne si vous êtes une organisation internationale ; 375.000 FCFA (750 dollars) par personne, pour les personnes du secteur public venant de l’international.
  1. : La participation des étrangers prend en compte l’hébergement et la restauration.

Qui contacter ?

Pour la soumission de vos résumés qui, s’ils sont acceptés, vont figurer dans les actes et citations sur la culture entrepreneuriale et de l’innovation sociale.

  • ONG Afrique Humanité Plus :

(00229) 97 18 89 29

Pour les coûts du programme en République du Bénin. Et aussi pour recevoir les formulaires de participation ainsi qu’autres documents jugés utiles.

  • Cabinet Intellect Consulting :

info@intellect-consulting.com

www.intellect-consulting.com

(00229) 95 84 23 15 ou 97 21 93 30

Pour participer au congrès

Que faire la fondation Haitelmex ?

La fondation Haitelmex est une organisation crée en 2007 au Mexique. Elle a pour but d’accompagner les couches défavorisées, dans le domaine de l’assistance sociale, l’éducation, le sport, la santé et l’écologie ; pour élever le niveau de vie des populations.

Elle offre des programmes de formation liés au développement personnel et collectif en faveur de :

  1. Communautés marginalisées et les peuples autochtones
  2. Développement des femmes
  3. Protection du droit des enfants
  4. Groupes vulnérables (VIH/SIDA, immigrants, victimes de violence, etc.)
  5. Les groupes vulnérables par l’âge, le sexe ou le handicap

Voir les commentaires

Maraichers de la zone aéroportuaiire de la ville de Cotonou: où partir ?

6 Mars 2014, 09:32am

Publié par HODA Kouakou Steve

Maraichers de la zone aéroportuaiire de la ville de Cotonou: où partir ?

Les maraichers de la zone aéroportuaire de la ville de Cotonou qui fournissent au Bénin l'essentiel des légumes sont constamment menacés d'expulsion par les responsables gouvernementaux beninois. La raison: ils sont installés sur un site dont ils ne sont pas propriétaires.

Ne sachant où aller après expulsion, nous les avons rencontré sur l'un de leur site à proximité de l'hôtel Novotel de Cotonou le 15 septembre 2012. Voici les difficultés qu'ils rencontrent :

  • Manque d’espaces appropriés pour la pratique de leurs activités
  • Réduction de l’espace cultivable dû à l’urbanisation galopante à Cotonou
  • Manque d’engrais spécifiques pour le maraîchage, des semences de bonne qualité et de produits phytosanitaires
  • Aménagement des sites de maraîchage
  • Manque d’équipements appropriés tels que les moto-pompes, les tourniquets et les raccords.
  • Manque d’appui financier

Les solutions que nous avons envisagé à leur endroit :

  • Étant donné que les fonds mis à la disposition des maraîchers sont souvent détournés, il faudrait que ceux-ci soient formés sur les circuits de réception des fonds mis à leur disposition.
  • Renforcer les formations en alphabétisation et à la gestion de leurs fonds.
  • Mettre à la disposition de ceux-ci des sites sécurisés où ils pourront exercer leurs activités en toute quiétude.
  • Appuyer ces maraîchers en leur accordant des crédits à faible taux d’intérêt.
  • L’installation des systèmes d’arrosage appropriés
  • La mise à disposition d’engrais spécifiques

Voir les commentaires

Quand les riziculteurs du Bénin peine à récolter leur riz et à faire le labour

6 Mars 2014, 09:01am

Publié par HODA Kouakou Steve

Quand les riziculteurs du Bénin peine à récolter leur riz et à faire le labour

Les riziculteurs du Bénin en général et ceux situés dans la partie Nord principalement rencontrent des problèmes tant au niveau du labour, du contrôle des parasites, de la récolte, de la formation. Ces derniers ne disposent pas également un fond de roulement suffisant pour tourner convenablement leur activité. En effet,

  • Les riziculteurs de cette zone possèdent leur propre équipement d'attelage pour effectuer le labour. Certains exploitants rizicoles effectuent un labour à plat sur sol humide et à une profondeur d'au moins 10 cm par la traction animale et d'autres font le labour en retournant manuellement le sol avec la houe. Les producteurs ne disposant pas d'équipement de labour louent les paires de bSufs. Après le labour, les champs sont nivelés, planés et ensuite repiqués. Le nivellement et le planage sont effectués avec les motoculteurs loués au CeCPA; certains des exploitants les réalisent avec leurs bSufs et la herse ; le reste fait cette opération de façon manuelle. Lorsque le labour n’est pas fait à temps, c'est-à-dire avant l’arrivée des premières pluies, tout l’effort du riziculteur est à l’eau.
  • Les opérations de désherbages sont réalisées sur les périmètres agricoles par les riziculteurs pour éviter l'envahissement des parcelles par les adventices. Cependant, cette opération culturale est très fastidieuse parce que s'effectuant soit avec la houe soit à la main et consiste à arracher les mauvaises herbes des casiers rizicoles. Conséquence : le riziculteur ne parvient pas à éliminer tous ces parasites.

Aussi pour protéger leur riz, les agriculteurs s’adonnent à la chasse aux oiseaux lorsque les graines sont en cours de formation. Au stade laiteux surtout, les oiseaux viennent vider les panicules de leurs contenus, ce qui affecte considérablement le rendement. Cette phase de chasse aux oiseaux est importante parce qu'elle permet de maintenir les panicules. On aurait des panicules sans graine de riz si cette phase n'est pas rigoureusement suivie.

  • A la récolte, les riziculteurs manquent d’équipements modernes pour ramasser le riz et sollicitent par moment d’autres acteurs qui sont souvent préoccupés par la production cotonnière. Notons que si le riz n’est pas récolté à temps, il risque de subir le dictat de la pluie.

Voir les commentaires

Côte d'Ivoire-Belgique: Drogba Didier et Max Gradel sauvent la côte d'Ivoire

6 Mars 2014, 00:02am

Publié par HODA Kouakou Steve

Côte d'Ivoire-Belgique: Drogba Didier et Max Gradel sauvent la côte d'Ivoire

Dans le cadre des préparatifs du mondial 2014 au Brésil, la Belgique affrontait la Côte d'Ivoire ce mercredi 05 mars au stade Roi-Beaudouin de Bruxelles. Les Belges ont assumé leur statut d'outsider de la prochaine Coupe du monde au Brésil avec deux buts de Marouane Fellaini (18e) et Radja Nainggolan (51e) comme l'expression d'une équipe en pleine confiance. Mais le match nul (2-2) concédé en fin de rencontre traduit un relâchement coupable des joueurs de Marc Wilmots et une réaction dans la dernière demi-heure de l'équipe de Sabri Lamouchi, initiée par l'inévitable Didier Drogba (74e), avant que le Stéphanois Max-Alain Gradel n'arrache l'égalisation dans les arrêts de jeu (90e+2).

Les autres résultats

France-Pays-Bas 2-0

Espagne-Italie 1-0

Australie-Equateur 3-4

Angleterre-danemark 1-0

Portugal-Cameroun 5-1

Allemagne-Chili 1-0

Autriche-Uruguay 1-1

Suisse-Croatie 2-2

Roumanie-Argentine 0-0

Brésil-Afrique du Sud: 5-0

Colombie-Tunisie 1-1

Monténégro-Ghana 1-0

Grèce-Corée du Sud 0-2

Algérie-Slovénie 2-0

Voir les commentaires

Concours Yobloco: Soutenez votre blog

5 Mars 2014, 21:21pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Concours Yobloco: Soutenez votre blog
  • Mettre en lumière les enjeux, les réussites et les difficultés rencontrées par les jeunes travaillant dans le secteur agricole au niveau des zones urbaines et rurales ;
  • Encourager la production de l'information et l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication par les groupements de jeunes agriculteurs et les organisations intéressées par la question des «Jeunes dans l'agriculture» ;
  • Promouvoir le partage d’information sur les enjeux du développement agricole et rural entre les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Voici les objectifs du concours Yobloco qui récompense les meilleurs blogs individuels et institutionnels qui s’investissent dans la promotion de l’agriculture ;

Pour accompagner le Cabinet Intellect Consulting du Bénin qui s’investit dans le développement de l’agriculture en Afrique ; nous vous invitons à accorder votre vote à notre blog

www.stevehoda.over-blog.com

Pour voter :

Merci pour votre soutien !

Voir les commentaires

Programme d’insertion des jeunes dans l’agriculture au Bénin : Pourquoi les jeunes boudent-ils cette ambitieuse initiative ?

4 Mars 2014, 19:04pm

Publié par HODA Kouakou Steve

Programme d’insertion des jeunes dans l’agriculture au Bénin : Pourquoi les jeunes boudent-ils cette ambitieuse initiative ?

Ambitieux projet, le programme d’insertion des jeunes dans l’agriculture béninoise vise à régler plusieurs problèmes notamment ceux liés à l’insertion des jeunes dans la vie professionnelle et la réduction du taux de chômage grandissant au sein de cette couche. Aussi, cet ambitieux programme vise-t-il à relever le défi de l’autosuffisance alimentaire qui est l’un des objectifs clés du gouvernement béninois. Cependant les jeunes se font attendre. Les raisons ?

Aller à la terre, voilà une noble ambition qui devrait rencontrer un franc succès au sein de la jeunesse béninoise. Cependant, cette vision peine à se concrétiser pour de multiples raisons. On ne devient pas agriculteur du jour au lendemain, sans aucune formation et sans aucun dévouement.

Même si l’on mettait tous les moyens à leur disposition, les jeunes auront du mal à réussir dans un secteur où ils ne connaissent pas grande chose. Les réalités du terrain diffèrent énormément des réalités théoriques auxquelles ils sont habitués. Même sortis des écoles de formation en agronomie, les jeunes n’ont aucune notion des réalités du terrain agricole. Ce qui devient un problème quand ils se voient confier du jour au lendemain des domaines agricoles à gérer.

Hormis le problème de vocation et de formation de la jeunesse, il se pose le problème d’inadaptation du matériel agricole utilisé. L’agriculture béninoise étant encore dans sa grande partie rudimentaire avec des méthodes archaïques, l’adaptation des jeunes à une telle méthode de travail pose problème. Dans un monde où la technologie se développe rapidement, sans la moindre machine, même avec le cœur, le combat est perdu d’avance. Imaginer en plein 21e siècle que les moyens proposés à la jeunesse pour aller à la terre soit la houe, la daba, les charrues (dans le meilleur des cas) pour rivaliser avec les grands producteurs occidentaux qui en plus des moyens techniques, obtiennent des subventions de la part de leurs gouvernements pour mieux les aider dans leur tâche. Le rendement est toujours faible avec ces moyens rudimentaires et cela n’encourage pas les jeunes à se lancer dans l’agriculture. Beaucoup d’autres facteurs constituent un frein à ce programme d’insertion des jeunes dans l’agriculture ; des problèmes sociologiques et culturels par exemple. Faire de longues et couteuses années d’études et finir « paysans » est inimaginable et inacceptable pour bon nombre de parents qui ont saigné (financièrement parlant) en envoyant leurs enfants à l’école dans l’espoir de les voir devenir de hauts cadres à la fin de ses études.

Notons toutefois, qu’en dépit des difficultés énumérées ci-dessus, ce programme a pu avoir l’adhésion d’un nombre non moins négligeable de jeunes. Selon les chiffres gouvernementaux, plusieurs milliers de jeunes ont ainsi été enrôlés par ce programme pour occuper les principaux bassins réservés à cet effet. Ce qui, à permis d’accroître la production agricole surtout vivrière depuis le lancement de ce programme.

La terre ne ment pas dit-on, pour ce, un programme bien pensé et bien muri en vu d’envoyer la jeunesse vers la terre ne ferait que du bien au secteur agricole tout d’abord, à la jeunesse elle-même et à l’économie nationale dans sa globalité. Encore, il faudrait qu’à l’image de la politique du Président Félix Houphouët-Boigny on puisse lire au démarrage des émissions télévisées : « Le succès de ce pays repose sur l’agriculture ». Aussi, il faudrait faire la promotion des personnes qui réussissent dans l’agriculture afin d’inciter la jeunesse à en faire autant.

Voir les commentaires

Introduire les TIC dans l’agriculture africaine

3 Mars 2014, 20:11pm

Publié par Rodrigue KPANGO

Introduire les TIC dans l’agriculture africaine

Fournir des aliments sains et de qualité, préserver la santé de tous et de l’environnement, assurer la vitalité des territoires ruraux, tenir compte des problématiques actuelles liées à l’environnement et à l’aménagement du territoire, répondre aux besoins de l’Industrie Agro-alimentaire, etc. Voici autant de missions qui attendent l’agriculteur africain. Ces missions aussi diverses que variées et parfois même difficilement conjugables ne peuvent se faire sans l’aide des nouvelles technologies. En effet, dans un monde de plus en plus enclin à l’intégration des Technologies de l’Information et de la Communication, le secteur agricole apparaît comme un terrain très sollicité en ce sens. De nombreux outils sont produits, mis en place et utilisés par les exploitants agricoles dans le but de faciliter leur travail quotidien et d’améliorer leur productivité. L’Afrique ne doit pas rester en marge.

Les défis de l’agriculteur africain

Pour produire plus et mieux, l’agriculteur africain a besoin d’un accès à de multiples possibilités d’outils efficaces et innovants. Il doit faire face aux besoins des consommateurs qui, veulent que le secteur agricole se développe dans le respect de l’environnement, des paysages et de la biodiversité. Celui-ci veut être assuré une sécurité alimentaire tant en quantité qu’en qualité. C’est donc un enjeu pour l’agriculteur de concilier ces objectifs tout en accroissant la compétitivité, mise à mal par l’ouverture mondiale grandissante. En effet, des concurrents plus performants émergent avec l’ouverture des économies notamment ; ce qui a pour conséquence la perte de certains marchés.

Le principal défi pour les agriculteurs au niveau du développement durable est donc de répondre aux nouvelles demandes du marché (être en adéquation avec les attentes du consommateur) en termes de qualité et de débouchés, tout en maîtrisant les coûts de l’énergie et en assurant une certaine compétitivité. Ainsi, la mise en avant des défis de l’agriculture contemporaine permettra d’introduire et de mieux appréhender les objectifs et les avantages de l’intégration des TIC dans ce secteur d’activité.

L’apport des TIC pour les agriculteurs

Les principaux objectifs de l’intégration et de l’adoption des TIC dans l’agriculture sont globalement de trois sortes à savoir : 1- une culture des sols, un élevage toujours plus précis. L’agriculture de précision est le principal leitmotiv de l’innovation technologique pour le monde agricole. 2- Une augmentation de la réactivité dans la vente des récoltes (vitrines Internet, sites de commerce en ligne, sites d’échange, consultation simplifiée des cours et marchés du jour…). 3- Une meilleure gestion de l’exploitation avec une meilleure maîtrise des exigences environnementales.

L’agriculteur est aujourd’hui confronté à de très nombreuses sollicitations d’origines diverses (juridique, réglementaire, environnementale, sociétale, commerciale…) qui remettent en cause régulièrement ses modes de production. Tout ceci l’oblige à acquérir des capacités d’adaptation exceptionnelles. Les nouvelles mutations technologiques nous amènent vers une agriculture plus réactive, plus productive, plus qualitative et plus propre.

Enfin, l’usage d’Internet par les agriculteurs est surtout utile pour atteindre les trois objectifs suivants : d’abord, obtenir une aide à la commercialisation de leurs produits. Ceci est surtout vrai pour les agriculteurs qui sont en contact direct avec le marché. Ensuite, favoriser une gestion des cultures en temps réel par les agriculteurs (par exemple, utilisation de la connexion à Internet pour les mises à jour des capteurs embarqués directement reliés à un satellite). Enfin, permettre une gestion à moyen terme des exploitations (cartographies satellitaires des parcelles directement accessibles en ligne…).

Les informations météorologiques en ligne, la consultation des actualités agricoles, l’accès aux comptes bancaires en ligne, les informations relatives aux coûts et marchés, la recherche d’informations techniques etc., sont les principaux services sollicités par les agriculteurs sur internet.

État des lieux concernant l’usage des TIC par les agriculteurs en Afrique Subsaharienne.

L’utilisation des TIC dans le secteur agricole n’est pas encore assez répandue en Afrique subsaharienne. Cependant, il existe des pays qui sont un peu plus en avance dans le secteur, à savoir : le Kenya, l’Ouganda, l’Afrique du Sud etc. Le retard que connait l’Afrique Subsaharienne dans le domaine est principalement dû aux difficultés d’accès à internet et au matériel informatique (ordinateur). L’enjeu de l’intégration des TIC dans l’agriculture ne devrait plus être considéré comme un luxe mais plutôt comme une nécessité.

Article parut dans le magazine LeConsultant de Mars 2014 page 12

www.intellect-consulting.com

Voir les commentaires

1 2 > >>